Saffloz et Marigny rejoignent Champagnole Nozeroy Jura

Le conseil communautaire du 5 mars a souhaité la bienvenue à deux nouvelles communes, ce qui portera leur total à soixante six. L’eau potable a aussi fait couler beaucoup d’encre : le transfert de compétence est sulfureux.

161
La plage de la Pergola à Marigny, fait le bonheur de milliers de vacanciers européens chaque été.

Après Le Frasnois, deux communes ont manifesté leur intention de rejoindre Champagnole Nozeroy Jura. Des communes qui ont estimé que leur développement aurait « davantage de cohérence dans notre communauté » que dans celle qui se construit autour du lac de Vouglans a expliqué Clément Pernot, président de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CCCNJ). « Je n’ai jamais rencontré un maire sans que la demande ne vienne de lui-même » a-t-il précisé, une manière de clore les débats sur la polémique qui avait entouré le départ du Frasnois de la communauté de communes du pays des Lacs. « J’ai très mal ressenti le courrier insultant du président de cette dernière » a cependant confié le président Pernot qui a par ailleurs invité le conseil à mettre un terme aux possibilités d’entrées. La porte était ouverte jusqu’au premier mars, désormais elle doit être fermée, des sollicitations nouvelles seraient davantage dictées par la raison que par le cœur, estime t-il. Ce qui n’est pas le cas de Saffloz et Marigny, qui entretiennent « des liens historiques et de proximité » avec la CCCNJ, en raison entre autres de leurs écoles. Le conseil ayant voté à l’unanimité pour leur accueil bienveillant, Clément Pernot a précisé : « Il faut maintenant valoriser ces communes qui sont très touristiques, et qui pourront profiter de notre savoir faire en la matière ».

Compétence eau potable : il est urgent d’attendre

Accepter ou refuser de prendre la compétence eau potable ? Telle était l’épineuse question soumise au conseil, puisqu’un « ultimatum » est posé par le Gouvernement avant le 1er juillet 2019. « Compte tenu de notre expérience en matière d’assainissement, je suis partisan de ne pas trop se précipiter » a introduit Clément Pernot…sachant que cette compétence sera de toute façon automatiquement transférée par la volonté du législateur aux communautés de communes à l’horizon 2026. Le conseil a suivi cet argumentaire et renvoyé à plus tard cette prise de compétences qui sera lourde de conséquences. « Ce qui était toléré dans des communes ne le sera plus forcément dans le cadre d’une gestion intercommunale, cela nécessitera peut-être des renoncements » a fait savoir Clément Pernot. Il a aussi prêché pour une refonte de la production d’eau : à l’heure actuelle, la (très) généreuse source de la Papeterie à Sirod pourvoit à la quasi-totalité des besoins. Mais qu’arriverai-t-il en cas de pollution ? « L’eau, c’est la vie, l’essentiel. Nos concitoyens veulent de l’eau potable au robinet, nous devons la leur fournir et la sécuriser. Il est impossible de livrer toutes les communes avec une seule source » a-t-il affirmé, des communes qui se posent par ailleurs pas mal de questions. Des solutions alternatives devront donc être envisagées, à l’heure où la sécheresse inscrit dans la durée son empreinte anhydre.