Rubrique En Vrac

90
L'Homme de rien, une image de John Nollet.

L’Homme de rien

Imaginez un personnage qui semble dépourvu de toute identité, un naïf, un idiot ou un innocent, appelez-le comme vous voulez. Imaginez maintenant ce personnage débarquer dans une grande ville, une Tour de Babel ultra-moderne peuplée d’hommes et de femmes obnubilé.e.s par leurs pulsions et cherchant à assouvir le moindre de leurs désirs. Imaginez enfin la rencontre entre ceux qui veulent tout, bien qu’ils aient déjà tout, et celui qui ne veut rien, bien qu’il n’ait encore rien : cette rencontre ne risque-t-elle pas de provoquer des heurts, des étincelles, voire des cataclysmes ?

C’est ce rapprochement aussi inattendu qu’explosif que raconte « L’Homme de rien », une pièce écrite par Marion Aubert (autrice de saison en 2012-2013) et mise en scène par Eric Petitjean(l’un des familiers des Scènes du Jura). Explosif, à ce point ? Oui. C’est que notre homme sans qualité, qu’il rencontre des SDF, des artistes, des hackers, des employés ou des multimillionnaires, agit toujours comme un miroir ou un révélateur : lui seul peut renvoyer aux autres une image fidèle d’eux-mêmes (justement parce que lui n’en a pas). Et que peu de gens aiment se voir tels qu’ils sont vraiment…

Afin de recréer les mouvements de foule, le bruit et l’énergie qui circule dans cette ville-monde, les comédiens et les comédiennes (parmi lesquelles Romane Bohringer, excusez du peu) croiseront le fer avec l’art vidéo et la musique composée et jouée en direct par Fantazio, un chanteur, contrebassiste, saltimbanque, trublion, chargé également d’incarner le rôle-titre. Avec sa forme hybride, « L’Homme de rien » est donc un spectacle total ou, si vous préférez, « L’Homme de rien », ce n’est pas rien…

Ce vendredi 15 mars, à 20 h 30, au théâtre de Lons-le-Saunier. Durée : 1 h 45. Dès 14 ans. Tarif plein : 21 euros.