Rubrique En Vrac

121
Johanni Curtet vient partager ses connaissances avec les Lédoniens.

Atelier de chant diphonique

Dans le cadre d’un projet coréalisé avec le quatrième Festival des rendez-vous de l’aventure, l’Ellipse accueille un atelier de chant diphonique (initiation au khöömii de Mongolie) avec Johanni Curtet.

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömiich (diphoneur mongol) peut, à lui seul, émettre un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques avec diverses résonances. Cette acrobatie de la voix semble virtuose, mais elle est accessible à tous si on nous en donne les clés. N’importe qui peut être initié au chant diphonique (khöömii).

Johanni Curtet apporte au cours de l’atelier de pratique des éléments théoriques propres à sa démarche ethnomusicologique, avec enregistrements et images à l’appui. Des exercices de musculation des lèvres, de la langue, une gestion particulière du souffle, un contrôle du son avec et sans diphonie, un enrichissement du timbre vocal, la recherche d’un timbre guttural, le travail de l’écoute et de la pensée musicale dans une perspective mongole sont des exercices pratiques pour aborder la technique du khöömii dans sa globalité.

Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de pratiquer l’art khöömii sérieusement, en restant au plus près de la pratique traditionnelle mongole.

Docteur en musicologie pour une thèse intitulée « La transmission du höömij, un art du timbre vocal : ethnomusicologie et histoire du chant diphonique mongol », Johanni Curtet mène une activité de chercheur, musicien et pédagogue du chant diphonique.

Formé d’abord au chant diphonique par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de Tserendavaa Dashdorj dans les steppes de l’Altaï, et Odsüren Baatar à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le chant diphonique pour plusieurs structures au niveau national : Philharmonie de Paris, Université Rennes 2, DROM, CPFI ; dans le réseau des festivals (Les Suds à Arles, Les Orientales, ADEM-Genève) et le réseau associatif en pratique amateur.

En 2010, il a participé à l’inscription du chant diphonique mongol sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’Unesco.

Directeur artistique de l’association Routes Nomades, il produit des disques et tournées de chant diphonique depuis dix ans. Son dernier disque, paru en 2017, sur le label Buda Musique, est une première et inédite « Anthologie du khöömii mongol ».

Entre ces projets, il joue avec le trio Meïkhâneh des musiques imaginaires, fortement inspirées de ses voyages.

Au programme : apprentissage des éléments théoriques propres à sa démarche ethnomusicologique, avec enregistrement et images à l’appui ; exercices de musculation de la bouche, de la langue ; pratique par la gestion particulière du souffle, contrôle du son avec et sans diphonie, enrichissement du timbre de la voix, recherche d’un timbre guttural ; modulation harmonique, qui pourra conduire par la suite à réaliser une mélodie en chant diphonique.

Tous publics, aucun pré requis de base. Enfants à partir de 13 ans. Vendredi 1er mars, de 18 h 30 à 21 h 30, à l’Ellipse à Lons. Tarif : 15 euros. Informations et inscription au 03 84 24 86 89 ou à ap.passionato@wanadoo.fr

Johanni Curtet sera également sur la scène de l’Ellipse, le samedi 2 mars, avec le trio Meïkhâneh. Et le samedi 16 mars, il présentera à Lons le film « Voyage en diphonie ».