Rouget de Lisle, le père de La Marseillaise était jurassien

De la bière aux statues, notre département ne manque pas de références à Rouget de Lisle. Né le 10 mai 1760 à Lons-le-Saunier, Claude Joseph Rouget de Lisle est l’auteur de La Marseillaise, chant rédigé en 1792. Retour sur l’histoire de cette œuvre fondatrice, majoritairement initiée par ce jurassien, au destin hors du commun…

152
En 1882, une statue d’Auguste Bartholdi, l’architecte de la statue de la Liberté de New York, représentant Rouget de Lisle, fut inaugurée à Lons-le-Saunier.

Aux armes, citoyens !

Rouget de Lisle passe sa jeunesse à Montaigu. Ayant entrepris une carrière militaire, il accède au grade de capitaine du génie. En avril 1792, le baron Philippe-Frédéric de Dietrich, maire de Strasbourg, lui demande de rédiger un texte. En l’espace d’une nuit, subjugué par l’inspiration nocturne, Rouget de Lisle rédige son Chant de guerre pour l’armée du Rhin. Le 26 avril 1792, dans un contexte extrêmement conflictuel, la France ayant déclaré, quelques jours auparavant, la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie », Rouget de Lisle présente à son commanditaire son œuvre.
Le chant rencontre rapidement un public.
Au cours de leur marche vers Paris, les Marseillais le reprennent. Les Parisiens l’appellent alors La Marseillaise. En 1795, elle devient l’hymne national avant d’être écarté par Napoléon Ier en 1804.

D’un jurassien à un jurassien…

Démissionnant de l’armée en 1796, après maintes péripéties, Rouget de Lisle, riche de son talent, écrit plusieurs œuvres. Le 26 juin 1836, celui-ci trépasse à Choisy-le-Roi dans une misère considérable. Les cendres du jurassien furent transférées aux Invalides le 14 juillet 1915, alors que la France était saignée par la guerre.
En 1879, le jurassien Jules Grévy devient président de la République française. Rapidement, après son élection, La Marseillaise redevient l’hymne national. En 1882, une statue d’Auguste Bartholdi, l’architecte de la statue de la Liberté de New York, représentant Rouget de Lisle, fut inaugurée à Lons-le-Saunier.
Véritable chant de guerre révolutionnaire s’opposant à la tyrannie, l’hymne national permet aujourd’hui aux Français de se retrouver derrière un symbole renvoyant aux prémices de la Nation.