Rockalissimo : La terre a tremblé à Saint-Aubin

Vendredi 14 et samedi 15 juin, des vibrations provenant de l'emblématique festival jurassien ont été ressenties à plusieurs dizaines de mètres des deux épicentres. Selon les experts, guitares et batteries sont en cause. Nous avons enquêté au cœur de la 13e édition de ce marathon des sons...

149
Vendredi, malgré un ciel menaçant, des centaines de festivaliers se sont précipités sur le site de la Maison du Patrimoine.

Deux soirs festifs, deux scènes survoltées

Vendredi, malgré un ciel menaçant, des centaines de festivaliers se sont précipités sur le site de la Maison du Patrimoine pour acclamer le premier concert de la soirée. Le groupe Destroy Everything You Touch a ouvert les festivités. Récupérant un public euphorique, les cinq artistes du groupe rock et électro No One Is Innocent ont dénoncé courageusement le système. Malheureusement, la pluie s’est invitée en VIP en fin de soirée. Les spectateurs trempés n’ont pas pu déguster convenablement le son scindant l’air de Black Bomb A. Alors, Plusieurs individus ont décidé d’aller finir le festival… dans leur lit.

Les cinq artistes du groupe rock et électro No One Is Innocent ont dénoncé courageusement le système.

Samedi, sous un temps tout aussi couvert, les organisateurs ont craint de nouveau la pluie. Néanmoins, la chaleur de la fête l’a emporté. Ainsi, de Benaver à Babylon Circus en passant par Dj Raph, les spectateurs ont pu profiter de concerts hauts en couleurs.

Vitaliser la commune

Organisé par l’association Plaine de Rock, Rockalissimo dynamise la commune de Saint-Aubin peuplée d’environ 1800 habitants. En effet, ce n’est pas moins de 2000 à 4000 personnes qui étaient attendues pour fouler la pelouse juxtaposant la scène régionale et la grande scène (4000 festivaliers étant l’affluence enregistrée en 2018). Finalement, 3000 individus sont venus à Saint-Aubin durant ces deux jours.
Tout était prévu pour l’occasion, à l’instar de stands d’alimentation. Après un repas de sons, ceux détenant un billet du festival ont pu bénéficier gratuitement d’un accès au camping du village.

« J’aimais beaucoup No One Is Innocent quand j’étais jeune » souligne une spectatrice souhaitant conserver l’anonymat.

L’habile organisation permettant à Rockalissimo de s’améliorer d’année en année ne serait pas possible sans la quarantaine d’organisateurs et la centaine de bénévoles.
Cindy, 22 ans, bénévole depuis 4 ans reconnaît  : « Il y a une bonne ambiance au niveau des bénévoles. C’est vraiment familial ».
Marion, 30 ans, organisatrice depuis 3 ans admet  : « C’est un an de préparation. On essaye d’améliorer tous les ans en écoutant ce que les gens nous disent ».

Ce n’est pas moins de 2000 à 4000 personnes qui étaient attendues pour fouler la pelouse juxtaposant la scène régionale et la grande scène.

Un festival qui s’améliore

« J’adore la musique. J’aimais beaucoup No One Is Innocent quand j’étais jeune. La programmation est sympa cette année. Je trouve que ça s’améliore » souligne une spectatrice. Le caractère festif a également été apprécié par Philippe :
« Je suis venu l’année dernière et j’aime bien l’ambiance. C’est open. Niveau musical, il y a de tout ».
Petite nouveauté, trois têtes d’affiche nationales par soir étaient présentes pour cette éclectique chevauchée sonore. Prenant de l’ampleur, cette manifestation régionale débute son ascension nationale.
« Le vendredi soir, des personnes viennent de très loin puisque qu’elles suivent les groupes » indique Marion.
De Nantes à Paris en passant par la Meuse et le Bas-Rhin, des festivaliers sont arrivés de contrées relativement éloignées pour assister à cet événement tonique.

L’habile organisation permet à Rockalissimo de s’améliorer d’année en année.

Prévention en milieu décontracté

Pour la deuxième année consécutive, un stand de prévention, animé par un groupe du centre d’addictologie Aristide Briand de Dole, a alerté les fêtards sur les dangers auxquels il pouvaient être confrontés. « On sait qu’en milieu festif, les gens consomment tout ce qui est alcool, tabac… Le but est de pouvoir faire de la prévention. On prévient des risques. » explique une membre du groupe.
Donnant les moyens aux festivaliers d’éviter les risques par diverses distributions gratuites (éthylotests, préservatifs,…), les membres de l’équipe ont été chaleureusement accueillis. « C’est très sympathique, les gens sont super contents que l’on soit là. Les gens se servent allègrement parce que c’est gratuit » conclut alors la troupe.
Une présence prouvant qu’un festival est vraiment réussi quand les risques sont appréhendés…