Revitalisation du centre-bourg d’Auxonne : déplacement et stationnement ont fait débat

Déplacement et stationnement étaient à l'ordre du jour de la réunion publique organisée récemment par la municipalité dans le cadre du projet de revitalisation du centre-bourg.

42
Les gilets jaunes avaient pris place au fond de la salle.

Une cinquantaine d’Auxonnais seulement sont venus prendre connaissance des propositions de déplacement et de stationnement au centre-ville, présentées par Benoit Gadiollet du bureau d’étude Iter.
« Nous avons approfondi une réflexion pour essayer d’aboutir à une meilleure gestion des déplacements, des flux et du stationnement, et voir quelles préconisations on peut faire en terme d’aménagement de l’espace public, principalement sur le centre-ville d’Auxonne », annonçait en préambule Benoit Gadiollet avant de décrire « des pistes de solutions ».

1000 places de parking

Ainsi, alors que des gilets jaunes entraient en silence dans la salle pour se positionner derrière le public, on apprenait, que la grande rue qui traverse le centre-bourg, deviendrait « une zone de rencontres » (voitures, piétons et vélo), embellie par des espaces verts et donnant plus de place aux piétons, rendant ainsi les commerces plus attractifs et permettant l’installation de terrasses de bar par exemple.
Toujours concernant la grande rue, des chicanes naturellement dessinées par des emplacements de parking entre-autre permettraient de casser la vitesse des voitures et de diminuer leur flux, la chaussée et les trottoirs seraient mis au même niveau, le tourne-à-gauche près du pont de France serait supprimé, etc.
Côté stationnement, le nombre de places au nombre de 1 000 serait conservé. Les touristes et les personnes travaillant en ville seront dirigés vers les parking de la Cilof qui gagnera 50 places ou le parking des bords de Saône par exemple, laissant les places en plein centre aux personnes qui font leurs courses et aux résidents.

L’entracte avec les gilets jaunes 

Après avoir écouté cette première partie qui précédait le débat, les gilets jaunes se sont avancés vers le maire pour lui offrir un paquet cadeau contenant un cahier de doléance. Après maintes discussions le maire a promis de les recevoir pour les modalités de mise en place de ce cahier de doléances dans des locaux appropriés, ce qui a été fait puisqu’aujourd’hui, ce cahier est disponible dans la salle d’attente du CCAS (située Place d’Armes), il est accessible aux horaires d’ouverture du service.

Des études déjà réalisées…

Après cette parenthèse, le débat a pu débuter avec les questions du public : pourquoi ne pas remettre la grande rue à double-sens ? Le client était-il prêt à marcher pour aller faire ses courses ? Comment mieux faire respecter le temps stationnement en zone bleue ?
Des interrogations auxquelles Benoit Gadiollet a répondu en s’appuyant sur les études déjà réalisées qui ont de grandes chances d’être retenues lors des prises de décisions finales…
Autre question posée par un commerçant : Quel traitement sera réservé aux commerçants du centre-ville pendant la période de travaux ? Question à laquelle le maire a répondu :
« C’est un réel problème, c’est pourquoi nous allons engager les travaux sur plusieurs tranches , ce sera étape par étape pour que les travaux soient réalisés sur un délais le plus court possible, mais il y aura tout de même des désagréments pour les commerces ». Forcément…

Benoit Gadoillet, Nathalie Roussel et Raoul Langlois ont répondu aux questions du public.