Une année compliquée pour les vignerons jurassiens

Le peu de grappes et des états de maturité différents rendent ces vendanges 2021 particulièrement délicates. Une uniformité préjudiciable

0
242

« C’est un millésime long et éprouvant à la fois pour les vignes et surtout pour les hommes et les femmes de notre vignoble, soulignait la présidente de la Société de Viticulture du Jura (SVJ), Valérie Closset, ouvrant la réunion au caveau des Jacobins mardi dernier à Poligny. 2021 laissera vraiment des stigmates sur la vigne et les hommes ».
Gaël Delorme, technicien à la SVJ rappelait quant à lui les conditions climatiques déplorables entre gel (phénomène météorologique pas observé depuis une trentaine d’années) froid, grêle, pluies diluviennes, glissements de terrain et grosses détériorations des chemins d’accès. S’ajoutaient à cela des maladies dont le mildiou responsable des plus grosses pertes, et d’autres comme l’oïdium, le black-rot… avec très peu d’impact car il ne restait quasiment rien à détruire. Certaines parcelles mêmes ne seront pas vendangées. Les rendements de base de production retenus par la SVJ sont de 60 hl/ha sur les blancs, et 55 hl/ha sur les rouges pour Arbois, Côtes du Jura, Étoile et 30 hl/ha pour Château-Chalon. Pour le vin de paille, s’il y en a, le chiffre retenu est 20 hl/ha.

La véraison n’est pas uniforme

« Actuellement il y a une forte hétérogénéité de maturité avec les raisins dont la véraison n’est pas uniforme sur l’intégralité du vignoble voire même au sein d’une même grappe. Les niveaux azotés restent corrects pour l’instant mais peuvent encore chuter et les acidités se tiennent avec un niveau d’acide malique assez important » précise Antoine Zbyrko, du LDA 39.

Les vignerons peuvent acheter de la vendange

Au vu de la situation très particulière cette année, un arrêté a été pris le 3 septembre permettant aux vignerons qui ont subi de grosses pertes, d’acheter de la vendange hors région sans avoir le statut de négociant en vins. Cette vendange ne devra pas représenter plus de 80 % de la production de vins déclarés au cours des 5 dernières années. Ces vins devront alors être vendus en Vins Sans Indication Géographique (VSIG).

L’indemnisation des calamités agricoles

Actuellement il y a une forte hétérogénéité de maturité avec les raisins.

« L’enveloppe des indemnités n’est pas encore définie. C’est la première fois que les pertes de récolte en viticulture seront indemnisées par le régime des calamités agricoles », souligne le directeur départemental des territoires.
À ce jour ont été mis en place un fonds d’urgence en juin qui a pu aider 20 exploitations viticoles sur le Jura, la prise en charge des cotisations sociales, le dégrèvement de la taxe foncière sur le non bâti, les prêts garantis par l’état et l’activité partielle, le dispositif de calamités agricoles. Un plan de résilience a pu également être mis en place dont les premiers rendus sont attendus en fin d’hiver. Pour l’année prochaine les viticulteurs pourront bénéficier des aides à l’Aval (avance de trésorerie remboursable).

Qu’en sera-t-il l’an prochain ? Quel est le potentiel ?

Il faudra être très vigilant sur deux périodes importantes

La mise en réserve : c’est elle qui va préparer la vigne au démarrage l’année prochaine. Une mise en réserve compliquée surtout dans les secteurs avec de forts impacts de grêle où la taille va être compliquée et où il sera difficile de choisir des baguettes. La SVJ mettra en place des modules de taille spécifiques sur les vignes accidentées, les vignes difficiles à tailler pour essayer d’amortir au maximum cet impact pour l’an prochain.

L’initiation florale (nombre de grappes dans chaque bourgeon). On peut s’attendre à avoir un potentiel assez important de grappes compte tenu des conditions météo actuelles et du peu de fleurs à féconder. En général, après une année de pertes importantes dues au gel, on a un grand nombre de grappes l’année suivante.

Les vendanges ont débuté le 15 septembre pour certains vignerons, d’autres préfèrent attendre un peu. La météo favorable peut permettre de gagner 1° à 1,5°.
Les préconisations sanitaires applicables pour 2021 sont identiques celles de 2020. Un seul changement: en extérieur, lorsque le masque n’est pas porté, une distanciation physique de 2 mètres entre chaque personne doit être respectée.

 

 

La réunion pré-vendanges s’est tenue au caveau des Jacobins mardi dernier à Poligny.