Retour sur la Sainte-Barbe à Sellières

La députée, Danielle Brulebois, a fait état de l’avancée des travaux sur les demandes et conditions de travail des sapeurs-pompiers au niveau national.

77
La députée a félicité les diplômés et les médaillés et en particulier Bruno Vallet pour ses trente ans de services et Rémi Gaulet pour ses vingt ans.

Les sapeurs-pompiers de Sellières viennent de célébrer la Sainte-Barbe. Les élus étaient nombreux pour saluer leur engagement. « Nous avons la chance de vivre dans un département où le conseil départemental et les communes se sont toujours attachés à vous assurer de bonnes conditions d’exercice de vos missions », a rappelé la députée, Danielle Brulebois, mettant en avant à titre d’exemple le camion neuf de l’unité CINO 39.

Elle défend le statut

Mais l’élue voulait surtout faire part de sa forte mobilisation au sein du groupe d’études « sapeurs-pompiers volontaires ». Pour la première fois, un groupe a été créé à l’Assemblée nationale afin d’entendre et faire avancer les demandes et les conditions de travail des 196 600 sapeurs-pompiers volontaires. « Tout d’abord votre statut de sapeur-pompier volontaire doit être préservé, a affirmé la députée. J’ai bien conscience que la directive européenne a suscité des inquiétudes parmi vous. » L’élue fait référence à l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 février 2018, dit « arrêt Matzak », qui renvoie à la directive européenne de 2003. Portant sur le temps de travail, celle-ci avait pour principal but de créer un socle de droits communs à tous les travailleurs de l’Union européenne. Elle ne visait pas les sapeurs-pompiers professionnels.

« Or, le modèle français de sécurité civile est très particulier par rapport aux autres pays européens, dans la mesure où il est en grande partie fondé sur l’engagement des volontaires, poursuit l’élue. De plus, les sapeurs-pompiers français ont pour particularité par rapport à leurs voisins de traiter, en plus des incendies et des accidents, des missions de secours à personnes, qui représentent la plus grande partie de leurs missions. » Un travail est mené par le ministre de l’Intérieur avec la commission européenne, afin de démontrer la compatibilité de ce modèle avec le droit européen.

Danielle Brulebois a également indiqué que d’autres mesures concrètes sont actuellement mises en œuvre par l’Etat pour améliorer leur travail au quotidien. « Les carences ambulancières vous préoccupent, le secours d’urgence à personne prend une part de plus en plus importante dans votre activité… » Un travail technique est mené avec l’ARS et les Sdis pour faire baisser la pression opérationnelle qui pèse sur les sapeurs-pompiers volontaires avec : une généralisation à horizon 2020 des coordonnateurs ambulanciers au sein des Samu – centre 15, l’amélioration des gardes ambulancières et la réduction des délais d’attente des sapeurs-pompiers aux services d’urgence.

Une expérimentation dans le Jura

« Nous menons une réflexion sur le concept de régulation médicale, de valorisation du service de santé et de secours médical (le 3SM) qui sera expérimenté dans le Jura, a indiqué l’élue. En ce qui concerne la mise en place du numéro unique, plateforme 15-18-112, je suis très engagée pour faire avancer ce dispositif car dans notre département rural, il pourra améliorer la rapidité et la coordination des secours. »

A propos des retraites, dans le cadre de la réforme, une concertation spécifique a été engagée avec les représentants. Elle a été ouverte par le ministre de l’Intérieur et le Haut-commissaire aux retraites, qui ont confirmé tous deux la prise en compte des services dans la réforme envisagée. De même, est effectué un travail pour que les formations et les diplômes obtenus par les sapeurs-pompiers soient reconnus dans la vie civile, afin qu’ils puissent être pris en compte dans les curriculum vitae et les carrières.