Que ton BCG soit fait ! Conférence gesticulée au centre social

Une conférence gesticulée animée par Evelyne Delepine, Déléguée Départementale d’ALIS ( Association Liberté Information Santé ) s’est tenue la semaine dernière au centre social de Lons le Saunier sous le thème du bien fondé de la vaccination. C’est devant un public conquis d’avance que la conférencière a mené tambour battant une charge contre ce « dogme médical » comme elle l’appelle.

125
Eveline Delepine.

Une conférence gesticulée, c’est avant tout du théâtre sous la forme d’un spectacle militant. Evelyne Delepine applique très bien cette formule, mélangeant un très bon savoir sur le sujet, un humour féroce  et une radicalité affirmée.
Elle développe l’argument que des médecins, des chercheurs doutent et contestent même l’intérêt des vaccins , et de poursuivre :
« Et si derrière la généreuse idée du vaccin se trouvait l’enfer pavée de bonnes intentions, la bienséance d’un corps médical envers son ordre ? Quand 11 vaccins sont obligatoires pour les tout-petits, est-ce-que la médecine scientifique ne se transforme pas en dogme médical ? ».

Evelyne Delapine

Les Français ont droit à un choix éclairé

Evelyne Delepine retrace l’historique du BCG, vaccin antituberculeux, invention de deux chercheurs français, les docteurs Calmette et Guérin qui bientôt s’affronteront sur le bien fondé de son utilité. La communauté scientifique se divisant elle en deux camps. Et de citer des témoignages, bien sûr toujours à charge de scientifiques, de parents ainsi que des rapports de l’OMS, le dernier datant de 1999 disant que : « la lutte mondiale contre la tuberculose a échoué en raison d’une confiance exagérée dans le BCG ».
Cette conférence pose beaucoup de questions, les réponses étant laissées à l’appréciation des auditeurs. Devons nous hypothéquer notre santé et celle de nos  enfants en vertu du principe de précaution ? Les lois d’obligation vaccinale constituent-elles une atteinte à l’intégrité physique ? L’intérêt et le bien de l’être humain doit-elle prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science ? La conférencière pense que les Français ont droit à un choix éclairé en respectant l’information légale en matière de santé.

Une vue du public.