Privatisation de l’énergie et des barrages, suite et fin

Le casse du siècle…

56
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Chacun a pu être sollicité par des sociétés privées fournisseurs d’électricité et même de gaz, qui proposent leurs services sur ces deux types d’énergie à des prix plus intéressants que ceux de l’historique EDF. Comment est-ce possible, alors qu’ils ne produisent eux-mêmes que très peu de ces énergies ?
Tout simplement la loi Nome (Nouvelle organisation du marché de l’électricité) de 2010  oblige en effet l’opérateur historique, EDF en personne à revendre à ses concurrents, qui sont actuellement autour d’une trentaine (Eni,  Engie, Total, Direct Energie, Leclerc bientôt…) à un prix coutant fixé par la Commission de régulation, (la CRE mise en place en 2000), jusqu’à 1/4 de sa production nucléaire. Ainsi ils pourront largement déstabiliser EDF. Et comble de perversité, la CRE impose à EDF ses prix de vente aux particuliers à travers le fameux «tarif réglementé» ou «tarif bleu», ce qui peut paraître une bonne chose dans l’absolu, car il s’agit d’une fixation de prix censée se baser sur des critères objectifs. Mais cette bonne intention a une double facette en réalité, car il s’agit simplement de laisser de l’espace aux concurrents d’EDF pour se placer.

 A qui profite le casse ?

Pour être clair c’est comme si on obligeait un boucher indépendant à vendre à prix coutant le quart de sa production de viande à des grandes surfaces pour qu’elles puissent le concurrencer sur ses propres produits de qualité.
On n’est pas très loin du Roi Ubu d’Alfred Jarry… Et «Cherry on the cake», car la concurrence sera internationale, EDF est obligé d’acheter à un prix élevé toute l’électricité d’origine renouvelable produite par ses concurrents, tout en assurant l’équilibre fonctionnel et contraignant du réseau… Chercher l’erreur !
On peut aussi citer que GDF ancien grand frère d’EDF, privatisé GDF-SUEZ par fusion en 2008, puis Engie en 2015 n’est plus détenue par l’Etat Français qu’à hauteur de 23.64% du capital. Elle taille des croupières même à EDF, compte tenu des avantages ci-dessus, qui lui ont été consentis.
A ce rythme EDF a déjà perdu 20% du marché en 10 ans, et cela devrait s’accentuer, avec bien évidemment une hausse des tarifs, pour le consommateur et des bénéfices pour les opérateurs privés. L’électricité française d’ordre nucléaire et hydraulique est la moins chère d’Europe, mais ce sont les français qui ont payé ces centrales et ces ouvrages avec leurs impôts, et pour l’avenir au seul bénéfice des nouveaux fournisseurs, pour un véritable casse du siècle… Alors Vouglans privatisé ou pas, avec la remise en cause de la concession à EDF d’ici une poignée d’années ?
Affaire à suivre, probablement très prochainement…