Plus de soixante-dix personnes pour parler Services Publics et Démocratie

Les jeunes ont pris la parole à Saint-Claude…

100
Le débat est lancé devant une soixantaine de personnes!

Le collectif organisateur du premier débat le 5 mars sur la Fiscalité et l’Ecologie, refaisait le match ce mercredi 13 mars à la salle Bavoux-Lançon, avec les thèmes des Services Publics et de la Démocratie. Après un rappel de quelques règles de respect entre les intervenants, les débats ont pu commencer. En préambule un ancien a opposé égalité, que l’on peut définir comme facteur d’équilibre, à égalitarisme facteur de paupérisation, qui n’existe que lorsque tous les hommes jouissent des mêmes prérogatives et des mêmes moyens. C’est bien sûr un point de vue. Mais cette semaine pas de gilets jaunes comme contradicteurs patentés, seulement la présence d’une petite bande de jeunes avec la Mission locale, pour avoir un éclairage particulier. Et leur point de vue sur la société actuelle est parfois très pertinent, pour des jeunes souvent qui ont arrêté leurs études, pour diverses raisons.
« J’ai 18 ans et j’ai arrêté l’école. Je ne trouve pas de boulot, et j’ai peu d’expérience et les entreprises ne m’embauchent pas ! Pourquoi? ».

La jeunesse a du mal à faire sa place…

Et c’est en fait tout le problème de l’Éducation Nationale qui se pose, avec la problématique de l’orientation, entre le cycle général ou professionnel, et «ensuite celui encore plus vaste de la formation professionnelle et de l’apprentissage, qui ne tourne pas de manière géniale en France». Un quidam de «suggérer de prendre exemple en ce qui concerne l’apprentissage sur nos voisins suisses, très performants dans ce domaine, même si tout n’est pas bon à prendre chez eux».
«Les entreprises sont trop formatées, énonce un autre intervenant, qui est responsable dans l’industrie sur le secteur, en reconnaissant qu’elles ont beaucoup d’efforts à faire pour l’accueil, car la jeunesse actuelle à vingt ans n’a pas la même vision du management et de l’approche du travail (35 heures, travail continue ou non dans le même poste et la même entreprise…).
Les services publics qui disparaissent dans les localités, ont été l’objet de remarques, «remplacés, qu’ils sont par des serveurs informatiques, qui marchent correctement, si on connaît bien son ordinateur, si on a une bonne connexion,(avec ou sans la fibre optique) mais rien ne remplace le contact humain, que l’on enlève de partout.
Une Maison de Services au Public est, en France une structure qui combine accueil physique et accompagnement numérique, et qui regroupe en un même lieu plusieurs services…

Le débat est lancé devant une soixantaine de personnes!
Les questions fusent!