Plongez dans le Jura façon ‘Grand bleu’

Mi-homme, mi-poisson, Laurent Bouchot vit des moments privilégiés sous les rivières, lacs, mers. Une passion atypique qu’il partage à travers des vidéos surprenantes, révélant la richesse du Jura des eaux.

166
Des silures de 2 mètres, voire 2 mètres 70 peuplent nos cours d'eau et nos lacs. Photo : Laurent Bouchot.
Maitre Esox (brochet), redoutable prédateur, se laisse approcher grâce au recycleur d’air. Photo : Laurent Bouchot.

A t-il été poisson dans une autre vie ? Comment expliquer cette attirance et cet amour inconditionnel pour l’eau, qu’elle soit salée ou douce ? Une chose est sûre, » je ne suis bien que lorsque je mets la tête sous l’eau » confie Laurent Bouchot, sapeur-pompier professionnel à Lons-Le-Saunier.
Tout petit déjà, il était tombé dans la marmite de Poséidon : « j’ai nagé sous l’eau avant de nager le crawl » confie le quinquagénaire installé à Balaiseaux, entre Chaumergy et Dole. Autant dire qu’il évolue comme un poisson dans l’eau dans nos lacs, gravières et rivières jurassiens : le lac de Vouglans avec ses plongées mythiques sur la Chartreuse engloutie, sur l’ancien barrage ou sur l’ancien pont de la Pyle.
Mais aussi le Doubs, où nichent du côté de Gevry par exemple des dizaines de silures monstrueux qu’il se plait à frôler : « leur taille peut varier de 90 cm à 2 mètres, voire 2 mètres 70 » précise-t-il, mais leur réputation de ‘requin d’eau douce’ s’avère totalement usurpée (lire encadré).
Sans oublier les quatre lacs (Ilay, Narlay, petit et grand Maclu) où la ‘petite Ecosse’ dévoile une nature intacte et foisonnante. Peu de jurassiens le savent, car une majorité barbote dans moins d’un mètre d’eau l’été venu, mais il y a de la vie sous la surface ! « Des nuages de perches, brochets, sandres, poissons blancs, etc » qui trouvent un écosystème encore préservé où le plongeur pénètre à petits pas.
« Je plonge seul et avec un recycleur d’air : pas de bulles qui remontent à la surface, pas de bruit » explique-t-il, ce qui permet d’approcher au plus près d’une faune aussi curieuse que craintive, et d’assister à des scènes surprenantes, comme par exemple une chasse de brochet sur un banc de poissons fourrage.

Il ne manque plus que des écailles à Laurent Bouchot pour devenir à 100% poisson ! Photo : Laurent Bouchot.

Coffre-fort, armes, obus, sanglier au milieu des poissons

Des surprises et « un émerveillement » sans cesse renouvelés au fil des saisons -même en automne ou en hiver- que Laurent Bouchot partage volontiers via sa chaine Youtube. Vous pourrez ainsi y découvrir avec lui des paysages subaquatiques étonnants : « on ne sait jamais ce qu’un simple trou d’eau peut cacher ».
Et en effet ces images montrent à quel point le Jura des eaux n’a rien à envier au Jura des terres. Derrière ce partage se cache aussi un souhait, une mission : celle de sensibiliser le grand public à la protection de la nature. Car peuplent aussi les fonds : « des bouteilles, des tondeuses, des coffres-forts, des voitures, des bateaux, des armes, des munitions, des obus…et même un sanglier mort ! ».
Un inventaire à la Prévert pas très poétique qui montre tout ce que le monde d’en haut veut cacher. Plutôt que de céder au pessimisme, Laurent Bouchot et l’association qu’il préside (Naturaquatique) extirpent de la vase ces détritus polluants pour laisser la nature vivre. Naturaquatique organise également des baptêmes de plongée bouteille en milieu naturel à destination des petits et des grands, pour leur faire découvrir cet univers à part.
« Il faut vaincre l’appréhension de respirer sous l’eau, après…on aime ou on déteste » constate le plongeur invétéré. Outre le Jura, qu’il connait comme sa poche, Laurent Bouchot a trainé ses palmes dans beaucoup d’océans ou de mers : Méditerranée, Martinique, Egypte…où « on se sent tout petit face aux requins ».
Il est également plongeur spéléologue, et à ce titre a fait partie des secours spéléo. Reste encore un rêve à accomplir : « embarquer à bord d’un sous-marin de poche, comme celui de la Comex » et se perdre peut-être dans le ‘Grand bleu’, comme un certain Jean-Marc Barr avant lui…

Stéphane Hovaere

A voir : chaîne Youtube « Laurent Bouchot »

https://www.youtube.com/channel/UCpPu0eddEKpWly7aahWSuJw

Contact : www.facebook.com/naturaquatique39 ou naturaquatique39@gmail.com

Les silures forment parfois des bancs impressionnants où la caméra de Naturaquatique est tolérée. Photo : Laurent Bouchot.

Qui a peur du grand méchant silure ?

Une nageuse ‘attaquée’ par un silure dans le lac de Vouglans. L’affaire qui avait défrayé la presse locale prête plutôt à sourire selon Laurent Bouchot : « Je côtoie souvent des silures de 2 mètres et plus. Ils se regroupent souvent au fond et forment des paquets. Grâce au recycleur d’air, je peux les approcher jusqu’à les toucher, et jamais je ne me suis senti en danger. Ils sont curieux et tournent autour de moi pour m’observer ».
Une curiosité qui peut parfois les amener au contact, et « comme ils n’ont pas de main, c’est par la bouche » que le contact se fait…rarement. Car la crainte l’emporte sur la témérité et ils ont tôt fait de déguerpir… Au final, leur ‘délit de sale gueule’ leur vaut une réputation d’omnivore vorace pas vraiment méritée…un peu comme les requins sous des latitudes plus exotiques.