Jura. Petite Montagne : Le Collectif Vie et Santé toujours en alerte

260
François Renaud reste extrêmement vigilant quant aux problèmes de santé de ses concitoyens.

“Le drame, ce sont les hôpitaux, mais ce sont aussi les territoires. Et il me semble que ces derniers sont oubliés”. François Renaud, fondateur du collectif Vie et Santé en Petite Montagne, reste toujours vigilant sur les problèmes de prise en charge de la santé des habitants, problèmes qui à son sens, restent non réglés sur le territoire.
“En début d’année, nous avions interpellé les élus locaux et départementaux, les parlementaires, le Préfet du Jura. Celui-ci nous a répondu le 19 février, avec des éléments positifs qui nous ont semblé répondre provisoirement aux attentes de la population. Mais depuis, nous n’avons aucun suivi”.

La Petite Montagne : incontestable désert médical

François Renaud, à la tête de son Collectif, reste donc très vigilant. Il espère que le nouveau Plan Santé gouvernemental démarré le 25 mai, tiendra compte de cette problématique des territoires. “Le problème des médecins en campagne ne doit pas être occulté par la préoccupation des hôpitaux. Plus nous aurons des médecins sur place dans nos territoires ruraux, et plus on facilitera le travail des Urgences”.
Depuis fin d’année 2019, les habitants du territoire de la Petite Montagne se sont alarmés du départ à la retraite, non remplacés, de 2 médecins généralistes sur 4 existants. Les deux médecins restants doivent gérer 7 000 habitants répartis sur 45 bourgs et villages. La norme étant un médecin généraliste pour 700 habitants. François Renaud espère donc bien être entendu, et attend avec impatience que les préconisations du Préfet soient mises en œuvre.