Pêche : des décisions contre-nature

Malgré les efforts de la fédération de pêche du Jura, l'union sacrée manque pour faire face aux conséquences des sécheresses.

0
158
Partout des rivières à truites à sec, comme ici l'Ain à Pont de Poitte.

Le prochain arrêté préfectoral, réglementant la pêche pour l’année 2021, est soumis à consultation publique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’aucun véritable espoir n’en émerge. Dans un contexte de stress hydrique toujours plus prégnant, chaque année asséchant davantage les rivières du Jura, les poissons les plus sensibles (truites) auraient besoin de plus qu’une extrême onction.
Certaines AAPPMA (associations de pêcheurs) ont discuté en interne une mesure inédite : fermer la pêche à la truite à partir de 2021 sur une partie des cours d’eau de 1e catégorie afin de sauver ceux-ci. Malgré des mesures compensatoires leur permettant de poursuivre leur activité sur d’autres linéaires, cette hypothèse n’a pas été retenue au plan départemental, car elle aurait peut-être provoqué une hémorragie de pêcheurs…
Pour la fédération de pêche du Jura, qui, selon son président, Claude Trochaud, s’était prononcée contre l’ouverture de la pêche au brochet fin avril, une autre population serait menacée. Du fait d’une décision de la fédération nationale de pêche, les sandres seront victimes de cette pêche au brochet alors qu’ils seront en pleine période de frai, et donc particulièrement vulnérables. Seule l’ouverture du black-bass le 1er week-end de juillet met un peu de baume au coeur des pêcheurs, mais les rivières à truite exsangues mériteraient sans doute une prise de conscience aiguë pour essayer de sauver les meubles…