ORGELET Un passé riche, une actualité dynamique

Orgelet, blottie autour du Mont Orgier, est une cité de caractère au passé très riche. Suivez le guide…

0
240

Orgelet propose un parcours historique et panoramique qui part du Porche du XIVe siècle. C’était l’une des quatre portes du bourg. Sous le porche, on devine l’emplacement de la herse qui interdisait l’entrée des intrus.

Il vous emmène ensuite à La Grenette. Bâtiment rectangulaire, elle servait autrefois de halle à grains. On l’utilise aujourd’hui comme salle des fêtes. L’hôtel Lazare Babey, à gauche, est une maison bourgeoise qui a été construite à la fin du XVIIIe siècle. Elle abrite actuellement le Trésor public.

Le collège Brézillon (préhistorien de renommée mondiale, natif d’Orgelet), à l’origine, abritait, lui, un ordre régulier, les Bernardines. Le couvent a été construit au début du XVIIIe siècle.

Il ne faut pas manquer non plus la maison natale de Cadet Roussel, au n°19 de la rue de la République. Il est le héros d’une chanson populaire bien connue.

Rue de la Tisserie, célèbre autrefois pour ses tisserands ; Place aux vins dont la destinée est indiquée dans le nom ; panoramas sur les vieux toits d’Orgelet et sur le Haut-Jura… vous sont encore proposés. Sans oublier l’église Notre-Dame de l’Assomption.

Son orgue…

L’orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption surplombe la nef… L’orgue n’a pas toujours été installé à cet endroit. Il l’a rejoint en 1725 alors qu’il affichait déjà une centaine d’années. Le petit instrument en noyer, à un seul clavier, se trouvait auparavant sur un jubé en bois à hauteur de tous les Chrétiens.

Il en a connu des temps difficiles… Quand Bernard Aubertin, Maître d’art en facture d’orgues, a débuté sa restauration en 1987, il a retrouvé de la mitraille. On sait aussi que l’orgue a été muet durant cinquante ans jusqu’en 1725 car un soufflet était percé. Au XIXe siècle, des indélicats ont enlevé des jeux. Au XXe, il était dans un état épouvantable. Il doit sa renaissance à Michel Chapuis, organiste concertiste dolois, qui  engagé les démarches pour qu’il soit classé Monument historique.

Il y a des décorations florales, végétales. L’ébéniste qui a réalisé ce travail a également sculpté des anges et la Vierge Marie sur un croissant de lune. Les deux ostensoirs avaient autrefois de jolies couleurs. C’est un orgue d’esthétique flamande, résument les connaisseurs, qui apprécient de retrouver l’écriture à la plume de Marin Carouge autour des jeux. Il est l’un des facteurs d’orgues à être intervenu sur l’instrument, un professionnel bien connu puisqu’il a construit les orgues d’Arbois, Champagnole…

Une commune dynamique

Orgelet compte environ  1 600 habitants, les Orgelétains et Orgelétaines. La vie associative est dynamique. La commune est attractive sur le plan touristique car elle est proche de Vouglans. Elle dispose également d’une zone industrielle, la ZA du Vernois, qui abrite Hebert Plastiques (pièces techniques en matière plastique), Verchere Plastiques (fabrication d’emballages cosmétique et parfumerie), Super U, Juratoys Janod (négoce de jeux et jouet), CIEE Interconnect (fabrication de matériels électriques et électroniques) et Mariller SARL (charpente menuiserie).

A noter parmi les autres personnalités nées ici, Pierre-Marie-Athanase Babey, avocat, député aux états généraux de 1789 ; Marie Jean-Baptiste Urbain Devaux, général des armées de la République et de l’Empire ; Pierre-François-Xavier Bouchard, découvreur de la pierre de Rosette ; Marie Candide Buffet, fabricant des ancêtres de l’accordéon et Jules Bel !