OPH : des dons qui déclenchent la grogne de certains locataires

Suite à ses dons de 26.000 € à diverses associations, la Maison pour tous (ex-OPH) est prise à partie par « Entraide et solidarité lédonienne » et deux associations de locataires qui lui reprochent un défaut d’entretien de certains logements.

0
227
Des cadres et des salariés blessés de la Maison pour tous, entourés par une association de locataires .

Des fenêtres qui ne ferment plus ou qui laissent passer l’air, des robinets qui fuient, des portes sans poignée, des murs avec des trous, des volets qui ne ferment ou ne s’ouvrent plus, du froid, de la moisissure, etc… La liste des problèmes recensés par le groupe “Entraide et solidarité lédonienne” semble longue relate son fondateur, Youcef Haïboud.
Reçu par la Maison pour tous début février, il estime avoir entendu à l’époque qu’ “il n’y a pas assez d’argent pour entreprendre ces travaux”.
Un argument qui a fait bondir le lédonien : “La Maison pour tous a distribué 26.000 € (grâce aux loyers versés par les locataires) à diverses associations (de la Banque alimentaire à la SPA, en passant par l’APF, N.D.L.R.) au lieu d’améliorer leur cadre de vie”.

Une fumeuse opération de communication ?

Jean-Luc Buguet, trésorier de l’association “Jura locataires et habitat” remarque que ces dons auraient pu permettre à l’assistante sociale du bailleur de régler certains problèmes urgents. Tous deux estiment qu’il s’agit d’une opération de communication masquant  un manque d’entretien dans « au moins 50% » du parc immobilier de la Maison pour tous (non seulement à Lons, mais aussi dans le sud Jura). Jean-Louis Buguet dénonce aussi la sous traitance confiée à Iserba il y a 4 ans : “Avant la maintenance était effectuée en interne par du personnel OPH, et plus de 90% des locataires étaient satisfaits des interventions”. Depuis, ce serait l’inverse, avec “des réparations faites à moindre coût, du rafistolage nécessitant de revenir plusieurs fois pour réparer”.
“La grogne monte, les locataires sont excédés. Nous souhaitons que les comptes de la Maison pour tous soient transparents, et que ces 26.000 € soient remboursés aux locataires. Après que notre pétition ‘Pour un logement OPH plus digne’ ait recueilli 1.000 signatures, nous appelons à manifester devant l’agence lédonienne de la Maison pour tous” conclut Youcef Haïboud, décidé à aller jusqu’au bout.
Et à exiger que les logements défraichis soient refaits entre deux locations…

Jean-Luc Buguet, Youcef Aïboud et Gérald Grosfilley (de g. à d.) ont recueilli des pétitions.

La réponse de la Maison pour tous

Face à une « situation gravissime » qui est confiée à des avocats, le directeur général de la Maison pour tous, Eric Poli, a donné la parole à ses cadres et salariés, visiblement blessés par ces attaques…
Alors « qu’ils mettent tout en œuvre pour le bien-être des locataires », ainsi en témoigne Stéphane Cretiaux, responsable de l’agence de Lons.
Et d’ajouter : « Chacun fait un travail de fond pour donner un logement décent aux locataires ».
Alors d’où peuvent venir les problèmes ? Sans généraliser, Stéphane Cretiaux constate que certains locataires « obstruent les bouches d’aérations et les VMC, ajoutent un poêle à pétrole » entre autres d’où la possible apparition de moisissures. Auraient-ils trop froid ?
« La température contractuelle prévue au plan national prévoit 19°C en plaine, et 21°C sur les plateaux » explique-t-il, précisant que certains ajustements sont possibles. Il affirme aussi que « les logements sont refaits avant de les relouer » si leur état le nécessite, ce qui est le cas pour « 6 à 7 logements sur 10…/…avec jusqu’à 3000 € de travaux » par appartement.
Pour la seule année 2021, Eric Poli précise que « 4 millions € sont budgétés pour le mieux être des locataires » des Mouillères/ Marjorie (2.000 logements)…et 28 millions € pour l’ensemble du parc. Il précise aussi que des « process existent » pour traiter les réclamations.
Nathalie Brantut, coordinatrice de la médiation l’assure : « On écoute les locataires, on essaye de trouver des solutions » même lorsqu’ils sont en rupture sociale totale.
Membre du comité social et économique (CSE), elle témoigne : « Cette situation est mal vécue par tout le personnel…/… qui souhaite que cessent ces attaques ».
Georges Hanewald, président de la confédération syndicale des familles (association de locataires) précise toutefois qu’Iserba est parfois impossible à joindre. Quant au délai ou à la qualité de ses interventions, la Maison pour tous ne nie pas certaines difficultés et voit là « une piste de progrès » envisageable.