« On maîtrise le climat contrairement aux autres productions agricoles »

Les frères Carmantrand sont à la tête d’une exploitation agricole et horticole d’envergure à Villevieux. Ils produisent deux millions de plants par an dans 12 000 m2 de serres, ainsi que blé, soja et maïs bio sur 170 hectares de champs.

9

Les deux frères travaillent ensemble depuis 1987. Cette année-là, Jean et Pierre Carmantrand ont succédé à leur père, à la tête d’une exploitation de céréales et lait à Villevieux. En 2000, il sont passés en bio.

En 2004, ils se sont lancés dans les plants de légumes. « Cette nouvelle activité faisait suite à une rencontre avec un responsable de Gamm Vert, qui a acheté la première année de production, se souvient Pierre Carmantrand. Ensuite, on a embauché un agent commercial pour la développer. » Le binôme Carmantrand a été victime de son succès car l’objectif était de faire le même chiffre d’affaires qu’avec ses trente vaches laitières et la troisième année, il l’avait déjà atteint.

En 2006, les frères arrêtaient le lait. Aujourd’hui, les frères Carmantrand ont 12 000 m2 de serres (une vingtaine) sur un hectare trente et produisent deux millions de plants par an. Deux fils de Pierre se sont associés avec eux. L’entreprise emploie ainsi cinq permanents et une trentaine de saisonniers de janvier à juin, ce qui représente treize équivalents temps plein.

Un système de robot pour le repiquage

Dernier investissement en date, un système de robot pour le repiquage, afin de sortir jusqu’à 30 000 pots par jour au lieu de 12 000 à 15 000 car il faut disposer de 15 000 à 20 000 pots d’avance chaque jour.

95 % de la vente se fait en gros auprès des grandes chaînes de distribution de la jardinerie sur toute la France avec 150 points de vente. « Notre particularité par rapport aux grands groupes est d’avoir une gamme beaucoup plus variée, précise Pierre Carmantrand. Nous produisons 250 variétés de plants de légumes, dont 50 de tomates, 30 d’aromatiques… » Les associés sont sollicités par de nouveaux clients donc il y aura peut-être des évolutions.

L’entreprise compte aussi quelques producteurs maraîchers locaux. 5 % des clients sont des particuliers. « On fleurit 25 communes dans le Jura », ajoute encore Pierre Carmantrand.

En ce qui concerne les 170 hectares de champs cultivés en bio, le blé est utilisé par la filière bio comtois de la ville de Lons, le soja est vendu en Allemagne pour faire du tofu et en Belgique pour produire du lait de soja, le maïs sert aux éleveurs locaux.