« Musarder à la recherche de l’insolite » avec Dole Tourisme

Nicole, la guide nous a encouragé à lever le nez afin de découvrir, de manière ludique, l’insolite de Dole. Visite...

162
Le Chandioux, rue de Besançon.

C’est en empruntant le circuit du Chat Perché que le groupe d’une dizaine de personnes se lance dans l’aventure. L’œil aux aguets du moindre détail, chacun observe ce qui lui est présenté par Nicole. Cette dernière raconte l’histoire de chaque espace où le groupe est amené à stopper le temps de quelques minutes afin d’entendre ce petit bout d’histoire.

Place Grévy

Tout commence par Le Chandioux, bâtiment marquant le tout début de la rue de Besançon. Il prône à cet endroit depuis plusieurs siècles puisqu’il date de 1743 ; il fut longtemps l’Hôtel de Lyon, très convoité par des personnes renommées. D’ailleurs au XXème siècle un second étage fut construit afin d’agrandir les lieux.
Un arrêt est nécessaire juste en face afin de découvrir les arches qui semblent soutenir la rue de Besançon ; elles ont été découvertes en 1988, lors du déblaiement nécessaire à la construction du parking actuel ; deux grosses pierres ont aussi été retrouvées avec sur l’une l’emblème du Duc de Bourgogne et sur l’autre un lion.
Un peu plus bas, Avenue de Lahr, sur un mur, c’est une jolie sirène avec une double queue, provenant certainement du bastion St André qui nous attendait là.

La sirène à la doubl queue symbole de fécondité.

Rue Marcel Aymé

La visite se poursuit rue Marcel Aymé où l’on peut voir un linteau de fenêtre avec une écriture latine disant « Dieu est notre espoir » ainsi qu’un linteau de porte rue Carondelet où c’est comme si la maison parlait « Que fuient au loin les voleurs, les rats et les fantômes. » Dans cette même rue, derrière la collégiale, un boulet de canon est fixé sur un mur juste sous une vierge ; il semble que ce soit celui qui a atteint le clocher en 1636.
Le groupe se dirige ensuite vers la collégiale du XIIème siècle pour en voir l’extérieur et principalement le porche et les nombreuses sculptures puis en face la porte du parlement du XVème siècle toujours là à proximité des halles construites au XIXème siècle.

Place aux Fleurs.

 

Une caricature du Christ bénissant

Rue des Vieilles Boucheries, en levant la tête (au restaurant les 5 sens) on voit une tête sculptée qui est une caricature du Christ bénissant.
Rue du Mont Roland, il fut aisé d’observer la porte cochère de l’Hôtel du Froissard au-dessus de laquelle on trouve une statue Tête de lion qui, mise à l’envers, représente une tête de diable.
Le groupe déambule par la treige de la Tour de Chamblans puis la treige de la Cordière pour finir Place aux Fleurs admirer la fontaine et la sculpture de la salamandre… cherchez bien,  vous devriez aussi la trouver…
Ce fut un beau parcours !

La salamandre.