Mont-sous-Vaudrey donne un chêne pour Notre-Dame de Paris

Pour reconstruire la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris, un appel aux dons a été lancé. Dans le Jura, plusieurs communes y ont répondu favorablement. À Mont-sous-Vaudrey, par exemple, la municipalité a souhaité faire ce geste pour des raisons bien singulières. Reportage.

0
109
Mercredi 3 mars, un chêne centenaire a été coupé dans la forêt communale de Mont-sous-Vaudrey. Nicolas Vailles, agent de l’ONF, a minutieusement choisi l’arbre, selon des critères bien précis.

Le drame de Notre-Dame

Rappelez-vous, le 15 avril 2019, l’information tournait en boucle sur les chaînes de télévision. D’abord uniquement la toiture, puis, peu avant vingt heures, la flèche d’Eugène Viollet-le-Duc s’affaissa. Devant ce spectacle de feu, la plupart des Français ont rapidement montré leur tristesse. Plus d’un an après, en juillet 2020, la décision de reconstruire la flèche du XIXe siècle à l’identique était prise. Un choix qui prouve la méconnaissance de la vision de la restauration du patrimoine pour Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879). Ainsi que la peur de laisser une trace de notre présent, pour des hommes si inquiets par le futur, et tant tournés vers le passé.

Mais bon, passons. Pour reconstruire la charpente des XIIe-XIIIe siècles (la grande perte de l’incendie), les communes ont été sollicitées. Mont-sous-Vaudrey a répondu présent.

Un chêne pour Paris

Mercredi 3 mars, un chêne centenaire a été coupé dans la forêt communale de Mont-sous-Vaudrey. Nicolas Vailles, agent de l’ONF, a minutieusement choisi l’arbre, selon des critères bien précis. Il fallait alors sélectionner le chêne le plus rectiligne possible, sans nœuds, sain et entre huit et quatorze mètres. Un choix qui a dû être rapide, puisque comme l’explique Paulette Giancatarino, maire de Mont-sous-Vaudrey depuis 2020, « Il a fallu couper ce chêne avant le 15 mars parce que la sève commence à monter après ». Faisant douze mètres, la partie du chêne emmenée servira prochainement à la reconstruction de la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

« Nous avons compté les veines, il y en a au moins cent vingt. L’arbre a donc au moins cent vingt ans », précise l’édile du village. Pour valoriser ce don, la commune a fait couper deux rondelles de bois du chêne qui partira dans la capitale. Ces morceaux de bois seront utilisés, dans le village, comme des témoins de cette généreuse donation.

Un don symbolique, en mémoire de Jean Bavilley

La sensibilité des élus de la commune envers l’incendie de Notre-Dame n’est pas la seule raison de ce don. Une dimension symbolique est aussi indissociable de ce geste.

« Nous avons fait ce don par rapport à Jean Bavilley », souligne Paulette Giancatarino. Né vers 1725 à Mont-sous-Vaudrey, Jean Bavilley fut nommé au moins vingt fois procureur spécial de la communauté d’habitants entre 1757 et 1789. « Selon la légende, il se serait rendu à pied en sabots à Paris, durant la Révolution, pour défendre les bois de la forêt contre les ambitions des seigneurs Domet de Mont, qui voulaient se les accaparer », développe la maire, avant de poursuivre, « Une partie de Mont-sous-Vaudrey sera alors à Paris, en hommage à cet homme ».

Ce don s’inscrit donc dans un mouvement d’hommage envers Jean Bavilley, impulsé depuis l’an dernier par la municipalité.