« Mon activité a explosé avec Livia Lancelot »

Alexandre Bourdy a créé son entreprise de peinture de casques dans le monde du motocross, rallye, piste, voiture, vélo…

80

Il peint des casques depuis son adolescence. « J’ai toujours aimé le graphisme. Je fais beaucoup de dessin, explique Alexandre Bourdy. Je cherchais un support qui me plaisait. »

Au lycée, il a effectué un stage de découverte chez Patrice Duchesne à Gevingey, qui lui a montré la voie. Même s’il travaille dans le commerce, il a créé en parallèle son entreprise en 2012 et, après avoir débuté dans un petit local chez ses parents, il a construit à son domicile un atelier, constitué d’un bureau et d’une cabine de peinture. Un budget d’aménagement de 7 000 euros environ. Alexandre Bourdy voudrait maintenant investir dans un style de vernis qui sèchera plus vite avec de l’UV.

Aujourd’hui, il traite de plus en plus de commandes. Son style, linéaire, lui est propre. « Les clients m’amènent leurs casques. Le mieux, c’est quand ils sont neufs, insiste-t-il. Je conseille toujours de partir sur des casques haut de gamme. »

De 15 à 25 heures de travail

Chaque réalisation lui demande de 15 à 25 heures de travail. Il faut poser les trois couches de vernis, proposer un visuel informatique au client, camoufler le casque, le peindre… Patience et précision sont indispensables. Il en coûte en moyenne entre 400 et 450 euros au propriétaire. « C’est un passe-temps, rappelle Alexandre Bourdy, une passion qui me rapporte un peu. » En France, une vingtaine de personnes seulement ont cette même activité.

Alexandre Bourdy a eu la chance de travailler pour la meilleure pilote française, Livia Lancelot, à qui il a livré 20 casques en cinq ans. Il a répondu à des demandes de Monster. Ses casques se retrouvent partout en France, aux Etats-Unis, au Canada… Faute de temps, il n’a pas encore pu répondre positivement aux attentes de Jean-Michel Bayle. « J’ai la chance de travailler pour des gens qui m’ont fait et me font rêver. » Alexandre Bourdy a aussi la chance d’avoir pu compter sur le soutien de ses parents (son père faisait de la moto) et désormais de son épouse, même si entre compétition et peinture, il a fallu choisir…

Retrouvez ses réalisations sur Facebook et Instagram (atelierdesign).