Mission intégration : possible

Lieu de parole et d’échange depuis 25 ans pour tous les Dolois en situation de fragilité, l’association Femmes Debout anime depuis 2008 aux Mesnils Pasteurs des ateliers sociolinguistiques (ASL) à destination de ses concitoyens issus de l’immigration. Une activité moins connue du grand public que son action en faveur des femmes victimes de violence et néanmoins plus que jamais indispensable au regard de l’actualité internationale...

0
387
Yassia Boudra entourée de Julien Daubier, sa nouvelle collaboratrice Rachel Boichut, et l’équipe de bénévoles ASL : (de gauche à droite) Monique, Elisabeth, Chantal, et Juliette qui a rejoint l’équipe en 2018.

Femmes Debout pionnière de la sociolinguistique

« En matière de sociolinguistique, Femmes Debout a été précurseur sur le bassin dolois » annonce d’emblée Yassia Boudra, créatrice et directrice de l’association depuis 1996.   « Au bénéfice des femmes du quartier – pour la plupart issues du Maghreb – mais aussi de toute la ville à qui, progressivement, nous avons appris les éléments de langue française ainsi que les usages et valeurs de la France dont elles avaient besoin pour être autonome dans leur vie quotidienne ».  Ou juste pour sortir de chez elles et rompre un isolement parfois délétère…

« Puis, au début des années 2010, d’autres groupes d’apprenants sont arrivés à Dole » : des femmes et des hommes jeunes en provenance d’Europe de l’Est, d’Irak ou de Syrie, scolarisés et parfois diplômés, désireux de s’intégrer socialement et de trouver du travail. «La situation, les profils et les objectifs de nos bénéficiaires évoluaient, nous leur devions de faire de même ».

Pédagogie active, convivialité et équité

« Soutenus par la Ville de Dole, le Grand Dole, les Services de l’Etat et la Région, nous nous sommes progressivement structurés jusqu’à acquérir la légitimité et l’expertise que tout un chacun nous reconnait aujourd’hui » raconte Monique Dupré, présidente et
animatrice d’ateliers sociolinguistiques (ASL) : recrutement et la formation de ses (deux autres) animatrices , « des camarades de Sainte-Ursule devenues enseignantes comme moi à Mont-Roland et tout aussi désireuses d’occuper utilement leur retraite ! », adhésion à l’organisme Radya « pour nous former régulièrement », et embauche d’un coordinateur ASL.

« Ma mission est de comprendre le projet et d’évaluer les besoins des 70 à 80 bénéficiaires – deux tiers de femmes et un tiers d’hommes – qui suivent chaque année notre atelier ASL, puis d’organiser le contenu et de gérer le planning de ses trois sessions hebdomadaires, et enfin de coordonner l’action des bénévoles » explique Julien Daubier.

Trois matinées sont construites autour de thématiques concrètes ancrées dans le quotidien comme l’orientation dans l’espace public ou le remplissage des formalités administratives, « et assorties dès que possible de sorties exploratoires en Mairie, à la Médiathèque et même au théâtre » précisent Monique, Chantal, et Élisabeth, qui ne manqueraient pour rien au monde « ces temps forts de pédagogie active, de convivialité et d’équité durant lesquels chacun met de son côté son parcours personnel au service du progrès collectif », excepté bien sûr durant les périodes de confinement…

Désireuse de mener toujours plus loin sa mission d’accompagnement, Femmes Debout propose en outre depuis trois ans des séances de préparation spécifique aux épreuves du DELF en partenariat avec le GRETA, et affiche déjà 41 diplômés au compteur !

« De vrais sésames pour obtenir un titre de séjour, décrocher un emploi et/ou une formation, voire même
accéder à la naturalisation française »
conclut Monique Dupré avec foi et enthousiasme !