Mères pour la paix : 25 ans déjà

L’ONG a fêté ses 25 ans d’actions à l’international pour aider femmes en enfants en souffrance.

10
Mères pour la Paix a exposé à la galerie éphémère de Champagnole, des portraits de femmes soutenues à travers le monde.

Si elles n’existaient pas, il faudrait les inventer : depuis 25 ans l’ONG Mères pour la paix œuvre à travers les pays miséreux ou en guerre pour sauver la veuve et l’orphelin. Une expression qui prend tout son sens en République Démocratique du Congo, où l’ONG prend en charge depuis 2014 un orphelinat abritant 75 enfants (en majorité issus de viols). Nanou Rousseau, présidente fondatrice de l’ONG avec sa sœur champagnolaise Françoise Dernoncourt, dépeint une autre réalité en Afghanistan : « Nous avons construit une école regroupant 250 enfants, ainsi qu’un dispensaire ».
Au delà de l’éducation et de la santé, l’ONG s’applique également dans l’économie, pour permettre à ces futurs adultes et à leurs mères de « reprendre dignement le cours de leur vie ». Sont ainsi proposés  des créations d’entreprises, des micros crédit, des aides financières pour monter  des élevages (chèvres, cochons, etc.) ou des cultures (sésame, manioc). « Nous sommes arrivées à importer ce sésame en France pour le transformer en huile et le commercialiser » précise Nanou Rousseau : la solidarité ne connaît pas de frontières.
Présente également en Centrafrique, en Thaïlande, au Vietnam, etc., Mères pour la paix s’est retiré de pays ayant retrouvé un certain équilibre (Bosnie, Tchétchénie, etc.). « Nous avons besoin d’adhérents et de bénévoles pour continuer nos actions au sein du comité Jura, basé à Champagnole » conclut Nanou Rousseau, qui est lauréate  avec sa sœur du Trophée « Femme de paix 2019 », décernée par l’association.

A suivre : marché de Noël au profit de Mères pour la paix, les 29 et 30 novembre sous chapiteau, place de la mairie.
Contact : 03 84 52 08 93