Maroquinerie : Les Cuirs Ney avec Sophie Cartaux

0
62
Sophie Cartaux.


L’atelier de maroquinerie artisanale « Les Cuirs Ney » a été fondé en 1974 par Emile Ney, en Haute Saône. En 2015, il décide de prendre sa retraite et passe la main à Sophie Cartaux. Après une période de formation et une passation tout en douceur, Sophie reprend l’entreprise, en 2016, en conservant l’esprit de son créateur mais en évoluant vers plus de présence sur le net et en réalisant de nouveaux articles en cuir.
Sophie précise : « Emile m’a formé 9 mois, m’a fait rencontrer ses fournisseurs attitrés et m’a transmis jusqu’à sa trousse d’outils… ce fut touchant et pour moi c’est vraiment précieux ».

Le choix d’objets en cuir.

Elle installe son atelier au cœur même de la ville de Besançon où elle ne reçoit que sur rendez-vous. Elle expose aussi à la Boutique des Métiers d’Art, 11 rue des Arènes à Dole et à Baume-Les-Messieurs l’été. Ce sont des espaces véritablement distincts car comme le dit Sophie « j’ai un métier qui demande de la concentration et je ne peux pas être à l’atelier et vendre en même temps d’où ces deux espaces où je ne fais qu’une chose à la fois. La fabrication me demande d’être entièrement là et le conseil client aussi ».

Ceintures cuir aux couleurs variées.

Un véritable métier d’art

Tous les objets fabriqués dans cet atelier sont faits à la main. La majorité des coutures sont faites à la main comme c’est le cas pour les sacs, la petite maroquinerie (portefeuille, portemonnaie…) ; la machine à coudre ne sert que pour coudre les poches intérieures.
En prenant l’exemple du sac, il est découpé dans le cuir selon un patron préétabli, puis collé. Il est ensuite cousu à la main à deux aiguilles après que des trous aient été fait à la pince. La couture du cuir est surtout représentée par le point sellier. Ce point doit être réalisé avec deux aiguilles fixées sur les extrémités d’un même fil. On fait passer alternativement un fil dessus et un fil dessous à chaque point. C’est le point le plus solide. Pour rajouter encore plus de solidité, on utilise un fil poissé. Ce travail est aussi utilisé en sellerie d’où le nom du point.

Sac en cuir cousu main.

Le cuir qu’utilise Sophie est de la vachette et ce sont des peaux d’animaux qui sont destinés à la consommation. Le cuir doit être de bonne qualité ; plus le cuir est gras et plus il dure dans le temps, c’est donc un critère très important.

Le cuir comme produit de base

Les peaux subissent un tannage végétal durant 3 mois. Après avoir été travaillé, pour fabriquer l’objet souhaité, le cuir continue d’évoluer au fil du temps et sa couleur se modifie aussi, d’ailleurs « le client doit en être informé quand il achète son sac ou sa ceinture afin qu’il ne soit pas surpris quelques mois plus tard ; il achète en connaissance de cause. »
Certains objets sont teintés. La teinte à l’eau sera apposée de telle manière à faire ressortir les plis de la peau, mettre en valeur le cuir, aussi chaque objet est unique. Ensuite, une cire est apposée et enfin il est imperméabilisé.
Sophie est créatrice mais elle est aussi amenée de temps à autres à faire de la rénovation mais seulement des produits Ney. Les différents produits qu’elle fabrique sont les sacs, les cartables, les ceintures et la petite maroquinerie comme les pochettes, portefeuille, porte-monnaie… Les boucles de ceintures en laiton sont fabriquées soit en Franche-Comté, pour l’une d’entre elles soit en Allemagne ou en Italie pour les autres. Aujourd’hui, Sophie propose 60 produits différents sur internet.

Choix de petites maroquineries.

Si elle diffuse ses produits majoritairement sur internet auprès de particuliers, elle peut aussi être amenée à sous-traiter pour la Comédie Française par exemple ou d’autres entreprises européennes.

Tous les produits sont consultables sur internet sur les sites www.cuirsney.com ou www.ma-ceinture.com
Sophie est aussi joignable au 07 89 50 03 97.