Marie Larrère, spécialisée en conservation-restauration de tableaux

L’atelier de restauration de peintures de Marie se situe dans le quartier de Landon à la sortie de Dole dans un bâtiment dépendant de l’ancienne chapelle de Landon. Visite et rencontre sur place.

34

 

Logo

En visitant des musées avec ses parents lorsqu’elle était enfant, Marie vit le travail de certains restaurateurs et cela la fascinait. Ces images restèrent dans un coin de sa tête. Plus tard pendant ses études de lycéenne, elle se découvrit un fort attrait pour la physique-chimie. De plus, elle aime beaucoup dessiner. Au moment de rechercher un métier, elle tente d’associer ces deux passions et le métier de restaurateur de peinture semble à ce moment-là y répondre. Elle rentre à l’Ecole Condé à Paris pour préparer le métier de Conservatrice-Restauratrice du patrimoine. Durant ces 5 années d’études, il lui fut enseigné l’histoire de l’art et des matériaux. Elle fut aussi amenée à copier des tableaux afin de se mettre dans la peau du peintre et vivre la peinture. Tout un enseignement de physique, entre autre autour de la tension des toiles, lui fut transmis et de même en chimie en ce qui concerne les différents solvants, leur composition, leurs actions, leur vieillissement…
Au cours de son cursus, elle a pu aussi découvrir différents ateliers tels que celui du Musée des Impressionnistes de Giverny ou encore s’initier à la restauration d’icônes en Syrie. Après l’obtention de son diplôme, Marie a travaillé plusieurs années dans un atelier privé à Versailles avant de s’installer à son compte à Dole en 2014. Ce métier étant en constante évolution, cette artiste continue régulièrement à suivre des formations dispensées par l’Institut National du Patrimoine.

Facing

La restauration…

Ce métier demande précision et délicatesse. Dans ce sens, pour chaque tableau qui lui est présenté, Marie fait une étude précise de celui-ci, un constat d’état et une proposition de traitement adaptée à chaque cas. Un devis est ensuite proposé gratuitement et sans engagement. Toutes les interventions effectuées répondent aux critères de déontologie fixés par le métier.
Dans la manière de travailler les choses sont spécifiques à chaque tableau et dépendent de la datation de la peinture, si la peinture a déjà été rénovée ou non, de l’état de la toile…
La restauratrice utilise des matériaux spécifiques selon le support sur lequel elle travaille ; ce métier demande une adaptation à chaque tableau. Tout est différent selon que Marie doit retirer ou non des repeints qui sont les restaurations précédentes qui ont été plus ou moins bien menées. Il faut rappeler que le métier de conservateur-restaurateur est très récent puisque les premières écoles ont été crées dans les années 70. De ce fait, les personnes qui rénovaient les tableaux précédemment étaient des peintres et dans leur démarche ils étaient plus ou moins habiles et respectueux. Aujourd’hui, par exemple les professionnels comme Marie, savent très bien que les matériaux de restauration doivent être de composition différente de l’original afin de faciliter leur retrait si nécessaire.
Le matériel utilisé pour mener à bien ce travail est la table aspirante et/ou le fer de rentoilage, la spatule chauffante, les chevalets, les pinceaux, les scalpels, les bâtonnets…

Tableau Marine à demi nettoyé

Le respect et la responsabilité

Les tableaux à restaurer que reçoit Marie datent majoritairement du XVIIème, XVIIIème et XIXème siècle. Il arrive aussi qu’elle reçoit des tableaux contemporains.
Les particuliers qui s’adressent à Marie font restaurer leur tableau car ils y sont attachés ; ils lui portent une véritable valeur sentimentale dans la majorité des cas avant même une quelconque valeur monétaire. Les autres clients qui s’adressent à cette artiste sont les communes ou encore les antiquaires.
Marie détaille : « J’essaie d’aborder tous les tableaux de la même manière. En tous les cas, j’ai l’impression d’avoir la responsabilité de respecter ce que le peintre a voulu exprimer. C’est un peu comme si je rentrais dans l’intimité du peintre ou comme si j’étais l’élève qui observe le maitre. Je me place en retrait par rapport à l’œuvre afin d’avoir une meilleure appréhension d’ensemble ».
En dehors de cette objectivité nécessaire, Marie a un allié de taille qui est la lumière afin que les couleurs des peintures ne soient pas dénaturées. Pour ce faire, elle a équipé son atelier de néons spécifiques « Lumière du jour ».

Atelier

Ce métier d’art est à découvrir ! Marie est prête à vous accueillir dans son atelier pour vous montrer ce qu’elle fait et comment elle le réalise. Alors n’hésitez pas à pousser la porte de son atelier.

Contact :
Atelier Marie Larrère, 170 avenue de Landon à Dole
06.77.57.21.90
marie.larrere@yahoo.fr
http://marie-larrere.e-monsite.com/