Louis Pergaud, disparu mais pas oublié

Il y a cent ans, Louis Pergaud était officiellement porté disparu. L’œuvre n’a pas disparu, elle continue à être lue, filmée, découverte, explorée. Son œuvre poétique complète vient d’être édité pour la première fois.

0
81
Gérard Chappez assis au bureau du petit musée-école consacré à Louis Pergaud dans son village natal de Belmont. Photo : DR
La dernière photo du sous-lieutenant Louis Pergaud quelques jours avant sa disparition. Il est au milieu de ses hommes avec la vareuse claire. Son nom figure au Panthéon avec tous ceux des écrivains « morts au champ d’honneur ». Photo : Amis de Louis Pergaud

Aimons Louis Pergaud, bienheureux littérateur qui a fait entrer l’expression peigne-cul dans nos livres. Ça se passe dans La Guerre des Boutons, tout au début, quand il est proclamé « Tous les Velrans sont des peigne-culs ! ». Les Velrans étant les habitants du village imaginaire de Velrans ennemis jurés de ceux de Longeverne. Publié avant la Première Guerre mondiale, le livre de Louis Pergaud connaît toujours la notoriété, accentuée par plusieurs adaptations cinématographiques dont celle de Yves Robert, en 1962, demeure la référence.

Prix Goncourt en 1910

Louis Pergaud connaît une trajectoire fulgurante terminée officiellement il y a cent ans, en août 1921, quand le tribunal de la Seine le déclare officiellement disparu sur le front de Verdun en avril 1915. A la suite d’un assaut de nuit du côté de Marchéville, le sous-lieutenant Louis Pergaud ne revient pas dans ses lignes, il ne sera jamais retrouvé. Delphine, son épouse, espère longtemps, comme des dizaines de milliers de familles des portés disparus.

igné en 1921, l’acte officiel signifiant la disparition de Louis Pergaud. Document : Amis de Louis Pergaud.

Né à Belmont, dans le Doubs, en 1882, orphelin en 1900, Louis Pergaud embrasse la carrière d’instituteur. Un instituteur engagé, laïc et, pire, assez vite séparé de sa première femme, Marthe Caffiot. Autant dire, dans les villages du très catholique Haut-Doubs où il est nommé à Durnes ou à Landresse, celui par qui le scandale arrive. Cela ne l’empêche pas de vivre pleinement dans la nature dont il connaît tout, de pratiquer la chasse. Surtout, c’est la passion littéraire qui anime Louis Pergaud, passion enflammée après sa rencontre avec le poète Léon Deubel. Avec Delphine, sa secondecompagne qu’il épousera, il gagne Paris et se jette dans la République des lettres qui l’adoube en 1910 en lui attribuant le prix Goncourt pour De Goupil à Margaux – une histoire d’animaux où tous ne sont pas des renards rusés qui font leur loi.

Louis et Delphine Pergaud. Photos : Amis de Louis Pergaud

Quand la guerre vient, son œuvre a déjà pris de la densité : La Revanche du corbeau, La Guerre des boutons, Le Roman de Miraut et l’inachevé Les Rustiques, publié après sa disparition. Louis Pergaud part à la guerre, tout antimilitariste qu’il est , pour faire son devoir. « Cette guerre, il faut la faire et on le fera » écrit-il tout en mettant bien en garde que les comptes politiques se régleront une fois les fusils rangés.

« Un homme entier »

Gérard Chappez assis au bureau du petit musée-école consacré à Louis Pergaud dans son village natal de Belmont. Photo : DR
Created with GIMP

Le jurassien Gérard Chappez a consacré une biographie à Louis Pergaud (1). « Je le vois comme un Franc-Comtois typique, raconte l’auteur, rude d’abord, foncièrement bon et gentil, sincère, fidèle en amitié, un homme entier. Je crois qu’il a été marqué par la perte de ses parents quand il a eu 18 ans, ce qui l’a poussé à se marier très vite. Ce sera un échec. Il trouvera le grand amour avec Delphine Duboz, comme leur correspondance en témoigne. C’est un instituteur et un écrivain de son temps, dans une époque marquée par l’affaire Dreyfus, la laïcité qui s’impose face aux religieux, un pays qui est aussi marqué par l’idée de revanche face à l’Allemagne. Il était antimilitariste mais fera son devoir en 1914, jusqu’à l’issue fatale. » Gérard Chappez est séduit par cet écrivain « homme des bois, un peu comme moi et ça me plaît ». Il est aussi séduit par sa relation avec la faune : « Le roman de Miraut, avec cette histoire d’amour, d’amitié entre un homme et son chien, c’est quelque chose qui marque ».

La stèle inaugurée en 1996 du côté de Marchéville-en-Woëvre, là ou l’écrivain disparaît en 1915. Photo : Amis de Louis Pergaud.

Les oeuves de Pergaud continuent à être édité en général en collection poche Folio. Ces dernières années ont aussi été notables avec la parution des Lettres à Delphine (Editions Mercure de France), duCarnet de guerre (Editions Mercure de France), de la réunion en un seul volume des écrits animaliers (Arthaud Poche). La Mémoire de Louis Pergaud est aussi vivement maintenue par l’association des Amis de Louis Pergaud (2) à l’initiative de la parution des œuvres poétiques complètes (lire ci-contre). Il ne manque plus qu’à le voir accéder à la prestigieuse collection de La Pléiade. Allez, Monsieur Gallimard, encore un effort…

Jean-Claude Barbeaux

(1) Louis Pergaud, de l’école buissonnière au champ d’honneur, ouvrage paru aux éditions Cabédita.

(2) Contact sur Facebook, page « Louis Pergaud ».

Encadré

Brice Leibundgut  : « Les poèmes de Louis Pergaud annoncent ses textes en prose »

C’est un évènement. Sous le titre « La Fuite des choses », l’intégrale des poésies de Louis Pergaud est publiée pour la première fois (1). Une initiative qui doit grandement à l’action des Amis de Louis Pergaud et de sont président Brice Leibundgut Ce dernier nous en dit un peu plus sur Louis Pergaud poète.

Louis Pergaud commence par écrire des poèmes. Était-ce sa vocation initiale ?

Comme beaucoup d’écrivains de sa génération, Louis Pergaud a effectivement commencé par écrire des poèmes. Il faut voir là à la fois l’influence de sa formation à l’École Normale, où les élèves apprenaient par cœur de nombreux poèmes, et l’ascendant du poète belfortain Léon Deubel (1879-1913) qui fut son ami et son mentor. C’est ainsi que Louis Pergaud va écrire une bonne centaine de poèmes de 1900 à 1908. À partir du moment où son premier conte animalier sera publié, début 1909, Louis Pergaud cessera quasiment de taquiner la muse et privilégiera cette nouvelle forme d’écriture, la prose, qui va lui apporter la gloire.

Comment s’inscrit Pergaud dans le monde poétique du début du XXe siècle ?

Dès 1904, Louis Pergaud est publié dans plusieurs journaux et petites revues du monde des lettres, souvent avec l’appui de Léon Deubel. Mais Louis Pergaud ne se contente pas d’adresser des poèmes à publier, il devient aussi le correspondant pour la Franche-Comté de certaines revues et participe même à la création et la rédaction de la revue L’Ile Sonnante qui publiera 32 numéros entre fin 1909 et fin 1913. Très vite, cette démarche lui vaut la reconnaissance des jeunes poètes de sa génération comme Marcel Martinet, Charles Vildrac, Francis Carco, Jehan Rictus, Max Jacob, et même Paul Fort, élu Prince des Poètes par ses pairs en 1912. L’écriture poétique de Louis Pergaud reste classique, avec parfois quelques accents symbolistes. À une exception près (poème « Le Chapeau » d’inspiration unanimiste), il ne participe pas aux recherches poétiques d’avant-garde, comme le mouvement surréaliste, l’École Fantaisiste ou les œuvres d’Apollinaire.

Son œuvre en prose est-elle très différente de son œuvre poétique ?

Si la forme est forcément très différente, les poèmes de Louis Pergaud annoncent ses textes en prose, à la fois par leur lyrisme, par le rythme des phrases et par les thèmes évoqués. Un poème comme « Près des Mares » dépeint le monde aquatique des batraciens et préfigure en cela le récit animalier « L’Évasion de la mort » qui sera publié dans De Goupil à Margot. À la suite de certains enseignants qui avaient présenté sous forme de poésies quelques petits textes de Louis Pergaud évoquant les saisons, il nous a semblé opportun de présenter sous forme de poèmes quelques textes lyriques en prose : cet exercice met en évidence le glissement progressif de la poésie vers une prose poétique chez Louis Pergaud.

(1) La Fuite des choses, Louis Pergaud, Les Editions du Sekoya, 192 pages, 20 euros.