Lorsque l’église de Mont-sous-Vaudrey était en feu

Le 15 avril 2019, les Français assistent impuissants au terrible incendie qui ravage la cathédrale Notre-Dame de Paris. Un pan de l’histoire de France s’envole alors. Au fil des siècles, notre département connut également des incendies dévastateurs tel celui de l’église de Mont-sous-Vaudrey. Retour en 1832…

84
La première pierre de l’actuelle église fut posée en 1837.

Nous la rebâtirons !

En juillet 1832, un incendie se déclara dans le village de Mont-sous-Vaudrey. Celui-ci « réduisit en cendres 21 maisons, le clocher et une partie de l’église » précisa l’historien Alphonse Rousset au milieu du XIXe siècle. Devant une telle catastrophe, les Monières et les Moniers furent désemparés. Peu de temps après, la reconstruction d’un lieu de culte catholique fut décidée.
Suivant les plans de l’architecte Besand, la première pierre de l’actuelle église fut posée en 1837. Permettant d’accueillir davantage d’individus, la population du village étant en croissance, cet édifice fut orienté différemment, ce qui favorisa l’élargissement des rues.

Dans le feu de l’action…

Après ce brasier, l’entièreté du centre de la localité fut redessiné. Mont-sous-Vaudrey fut alors totalement réorganisé afin de répondre aux nouveaux enjeux de l’époque. Le Champ de Foire fut notamment créé. Loin de durer seulement cinq années, l’érection de l’église fut achevée plusieurs décennies après l’incendie, « la construction du clocher […] dura[nt] jusqu’en 1860 » d’après Xavier Brun.
En 1838, pendant les travaux de reconstruction, une chapelle fut détruite. Aussitôt, les travailleurs en charge de cette besogne découvrirent une caisse en sapin contenant plus de 40 000 pièces de monnaie du XIVe siècle. Une belle découverte dans des circonstances dramatiques…
Même si l’émotion peut nous consumer durant de telles tragédies, nous pourrons bien souvent compter sur des individus ayant une énergie, une volonté (et quelques comptes en banque…) remarquables…