Jura. Région. L’OPH du Jura et de Saint-Claude bientôt fiancés

Le premier propose de voler au secours du second, en grande difficulté. Et par là même d’atteindre une taille critique nécessaire à sa pérennité.

178
Clément Pernot (à d.) et Eric Poli estiment avoir les moyens de secourir l'OPH de Saint-Claude.

« Veut-on, oui ou non, garder une véritable politique et une autonomie  sur le logement locatif social ? » Pour Clément Pernot, président de l’OPH du Jura, aucun doute : les divers OPH doivent mutualiser leurs forces dans le contexte de la loi Elan.
Aux termes de celle-ci, chaque OPH doit atteindre une taille critique de 12.000 logements dès le 1e janvier 2021, autant dire demain…
Dans ce contexte, les fiançailles entre OPH du Jura et OPH de Saint Claude semblent sur le papier quasi-idylliques :  10.170 logements pour le premier, 1.800 pour le second, soit 11.970 au total… Sauf que la dot de la mariée OPH Saint-Claude ne suscite pas a priori un déchaînement de passion. Fautes de gestion, directeur révoqué par le ministère du logement, lourdes dettes dixit Clément Pernot, et pour couronner le tout, un patrimoine immobilier qui prend l’eau.
« Sur les 1800 logements, il faudra sans doute en détruire 380 et rénover les 1400 restants” a-t-il confié.

Quand on est jurassien, on le reste… surtout quand un enjeu majeur survient !

D’autres fiancées plus désirables ont fait acte de candidature :
« Nous sommes très courtisés. On aurait pu partir avec des OPH de Haute Saône, du Doubs, voire du territoire de Belfort”. Mais quand on est jurassien, on le reste… surtout quand un enjeu majeur survient !
« L’OPH de Saint-Claude est en perdition, il faut aller à son secours pour y conserver du logement social” a déclaré le président de l’OPH du Jura. Et c’est bien avec Saint-Claude que l’OPH du Jura fusionnerait d’ici le 1e janvier 2021, à condition bien sûr que les finances suivent. Eric Poli, directeur de l’OPH du Jura s’est montré rassurant à ce sujet :
« Nous disposons d’une capacité d’autofinancement de 5,5% (alors que la zone de fragilité d’un OPH se situe entre 0 et 3 %) grâce à une rigueur de gestion”,d’un taux d’occupation très élevé résultant « de logements adaptés avec des loyers adaptés », “de 87,2 % de locataires satisfaits”.
Mais vu l’ampleur des travaux à entreprendre sur Saint-Claude (estimés à « plus d’une dizaine de millions € » selon Clément Pernot), rien ne serait possible sans une corne d’abondance nationale. Grâce à son réseau et ses performances, l’OPH du Jura a reçu des garanties en haut lieu pour avancer vite et fort (3 à 5 ans) et remettre à niveau le patrimoine immobilier de l’OPH sanclaudien.
La balle est désormais dans le camp de ce dernier et des élus sanclaudiens, afin que le mariage soit célébré.