Lons : une police municipale plus musclée

Le dernier conseil municipal a acté un doublement des effectifs, mais aussi l’acquisition de l’ancien Mac Donald’s. Une acquisition attendue depuis plusieurs années, qui débloque l’aménagement du parvis de la gare.

0
118
L'ex Mac Donald's sera enfin rasé pour qu'émerge un carrefour des mobilités. Photo archive Stéphane Hovaere.

Une police municipale plus présente, plus disponible pour mener des actions de proximité en 2021 : le nouveau conseil municipal mené par le maire Jean-Yves Ravier, a acté le 28 septembre la création d’une police municipale digne d’une ville préfecture.
« Elle sera dotée de 8 équivalent temps plein (ETP) -contre 3,5 actuellement- répartis entre 4 policiers municipaux et 4 agents de surveillance de la voie publique » a précisé le premier édile. « Ils ne seront pas armés, car leur rôle n’est pas de remplacer la police nationale, mais de mener des actions de prévention et de médiation ».
Jean-Philippe Rameau, conseiller municipal délégué à la sécurité, a mentionné qu’«ils pourraient être équipés d’une caméra piéton » le cas échéant, les interpellations étant l’apanage de la police nationale.
Envers la délinquance, « cela peut changer la donne » estime Jean-Yves Ravier, en « apportant un service supplémentaire à la population ».
Coût de celui-ci : un doublement du budget consacré à la police municipale. Un coût qui pourrait par la suite être réparti avec Montmorot et Perrigny : ces communes ayant émis le souhait de bénéficier d’une présence policière sans en avoir les moyens, une mise à disposition ponctuelle sera envisagée dans un second temps, avec un éventuel redimensionnement de la police lédonienne.
Pour l’heure, l’effectif de 8 policiers semble être un minimum, après co-construction du projet avec les 3,5 ETP déjà présents, qui se consacrent quasi-exclusivement au stationnement (parkings et entretien des équipements)… Une mission de la nouvelle police municipale musclée pourrait être « la sécurisation des entrées et des sorties d’écoles », sans doute appréciée des parents, envisage Jean-Philippe Rameau.

Le parvis de la gare sur la bonne voie

« J’ai transigé avec le propriétaire de l’ex-restaurant Mac Donald’s pour acquérir ce tènement pour 1 million € » : Jean-Yves Ravier a mis fin à une ‘arlésienne’ qui hypothéquait depuis plusieurs années l’avenir du parvis de la gare SNCF. Devant la gare, la ‘verrue’ Mac Donald’s bloquait quelque peu la phase II de la genèse du futur pôle multimodal d’échanges. Après la création d’un ascenseur et d’un passage souterrain, cette 2é phase doit en effet permettre de créer « des places dépose-minute, des places de taxis et un espace vert » a rappelé le maire de Lons.
Tout au plus a-t-il regretté que « Lons soit la seule gare de France où il n’y aura pas de places de stationnement longue durée ».
En cause le manque de réserve foncière, puisque le nouveau Mac Donald’s et le Crédit Mutuel ont occupé le terrain où seules ces places auraient pu voir le jour. Le parking derrière la gare (chemin des Quarts) sera donc comme prévu le principal accès à terme à la gare SNCF.

Voirie : le nouveau plan de circulation en gestation

Après avoir reçu une formation ad hoc par les services techniques, les élus lédoniens réfléchissent à la création d’une ville « plus apaisée » dans ses déplacements. Jacques Guillermoz, adjoint à la ville durable et aux travaux, a ainsi émis l’idée d’étendre les feux clignotants, celui de la route de Besançon « marchant très bien ». Une partie des rues pourrait passer à 30 km/h après concertation des habitants, seuls les axes structurants restants à 50 km/h.
Quant aux pistes cyclables, l’idée ne serait pas de les multiplier, mais de favoriser la cohabitation entre tous les modes de déplacement, en particulier vélos/voitures.