Lons : l’opposition prête pour la campagne municipale

Lors de leur traditionnel bilan de leur mandat, les élus de la minorité ont décliné les thèmes qu’ils défendraient devant les électeurs en 2020.

176
Les débats avec une soixantaine de citoyens ont été constructifs.

C’est unis que Thierry Gaffiot (PCF), Anne Perrin (EELV), Claude Borcard (PS) et Jean-Yves Ravier (Génération-s-) ont évoqué une multitude de sujets devant une soixante de participants : santé, EHPAD, urbanisme, environnement, économie, emploi, associations, vie démocratique, etc.

Santé et social

La survie du 2e équipage du SMUR Jura sud est rapidement venue sur le tapis. Rachid Hiebous, secrétaire CGT santé, a rappelé que « la mobilisation a fait reculer le projet de disparition » pure et simple de celui-ci. Mais le « système bâtard » mis en place pour le remplacer suscite des inquiétudes, d’autant plus qu’ »il se peut que le service des urgences connaisse une nouvelle crise cet été » a prévenu Thierry Gaffiot, évoquant le cocktail congés du personnel/lits fermés/éventuelle canicule. Pointant du doigt « les politiques d’austérité conduites depuis des années » en matière de santé, il a plaidé pour une politique donnant –enfin- des moyens de soigner une population aux besoins croissants.

Urbanisme

Claude Borcard a rappelé qu’on a « 1.300 à 1.400 logements vacants » à Lons, dont une bonne partie en centre-ville. La faute à des logements non adaptés, non rénovés qui ont fait fuir les familles en périphérie : selon lui, il suffit de se promener en ville le soir ou le dimanche pour se rendre compte que Lons est devenue « un grand parking ». « La ville est très déséquilibrée », avec beaucoup de « navetteurs » venant y travailler la journée, d’où un flux de véhicules et de pollution évitables.

Environnement

Alors « qu’on est en train de cuire », Anne Perrin a rappelé tout l’intérêt d’agir pour la transition écologique et par exemple de planter des arbres en ville : « On peut faire baisser la température ressentie jusqu’à 8 ou 10°C ». D’où son agacement de voir « qu’à Lons, on coupe », comme devant la salle du Bœuf sur le toit par exemple.

Economie et social

Thierry Gaffiot a mis en exergue l’absence de Jacques Pélissard et d’élus de la majorité lors des différentes crises traversées ces derniers temps : fermeture de Flexico (ex Moreau) avec la suppression de 56 emplois à la clé, manifestation des agents des impôts, manifestations en faveur de la survie du SMUR 2, etc.

En conclusion, Claude Borcard a affirmé : « Nous avons envie que la ville bouge ». Thierry Gaffiot a enfoncé le clou en déclarant : « Nous prenons l’engagement de nous battre pour avoir les moyens de faire », et porter un projet alternatif tournant autour de l’urgence écologique, la justice sociale et un renouveau dans la vie démocratique entre autres.

Les élus de la minorité font cause commune pour porter un projet alternatif.

En chiffres

741 délibérations examinées depuis 2014 en conseils municipaux. 71% votes pour, 12% d’abstention, 11% de votes contre.