Lons-le-Saunier. Il y a 130 ans dans le Jura… la chute terrible d’un Lédonien

298

Semaine du 27 avril au 03 mai

Le 28 avril 1890, les lecteurs du Petit Comtois apprenaient que Joanni Boudet, un négociant de Lons-le-Saunier, avait eu un accident. Malade depuis quelque temps déjà, cet homme était visiblement – selon les deux articles de presse analysés – assez apprécié dans le chef-lieu du département.

Un matin de la fin du mois d’avril 1890, « en ouvrant les volets de sa chambre, […] au deuxième étage de la rue Tamisier, il a perdu l’équilibre sur le bord de la fenêtre, qui est fort basse et dépourvue d’appui, et est tombé sur le trottoir ».

Il est complexe de connaître précisément ce qui a pu provoquer une telle chute, mais les « médecins supposent qu’il [aurait] été l’objet d’une sorte d’hallucination ou d’un transport au cerveau ».

Après sa chute, M. Boudet prononça le mot « tombé » et demanda à boire. Néanmoins, bien que celle-ci ne fut pas immédiatement fatale, ses blessures céphaliques étaient importantes.

Quelques jours plus tard, le 1er mai 1890, un rédacteur du Petit Comtois évoquait les obsèques de ce malheureux. Pour l’occasion, Adrien Melcot (1851-1902), président de la Société philharmonique et chef de division à la préfecture du Jura, prononça, au cimetière, un discours en l’honneur de cet infortuné. Un fait divers prouvant que les accidents ne sont pas uniquement une réalité contemporaine…

Le Petit Comtois, n°2454, 28 avril 1890, p. 3. & Le Petit Comtois, n°2457, 1er mai 1890, p. 3.