Lons-le-Saunier : des automobiles sur la plaine de jeux ?

Pour éviter à plusieurs quartiers de finir en « cul-de-sac », une nouvelle solution se dessine. Le tout lié à la création d’une voie descendante pour poids lourds dans la côte de Montaigu.

168
Le pont passant sous la côte de Montaigu devrait être sauvé, pour permettre de rejoindre la route Perrigny-Conliège.

C’est un beau projet, mené par le conseil départemental du Jura : ouvrir une voie descendante dans la côte de Montaigu réservée aux poids lourds, pour désengorger la vallée de la Vallière asphyxiée depuis des années. Le principal écueil –à savoir supprimer le pont passant sous la côte de Montaigu- serait en train d’être levé. Cyrille Bréro, vice-président du conseil départemental, a en effet déclaré le 18 novembre : « Je le dis officiellement, il y aura une sortie dans les prochains mois » pour éviter aux quartiers Echenaud/ Vie Croisée/ Casteljau d’être transformés en cul-de-sac. Selon lui, les véhicules s’engageront sous le pont, longeront la plaine de jeux sur environ 400 mètres, avant de bifurquer à gauche au niveau de l’entreprise JTD pour franchir la Vallière, puis de revenir sur la D 678 (route Perrigny-Conliège).
« On ne commencera pas les travaux tant qu’on n’aura pas validé cette sortie » a-t-il promis. Des travaux qui imposent donc une « rallonge » budgétaire, Ecla étant pressenti pour financer la création des 400-500 mètres de voirie nouvelle, et le conseil départemental la traversée de la Vallière au niveau de JTD en empruntant le pont existant au sein de l’entreprise.

« Une réalisation des travaux possible dans les semaines à venir »

Rien cependant n’est encore signé : Patrick Elvézi, président d’Ecla, a déclaré le 14 novembre lors d’un conseil communautaire -qui a acté la création d’une cité des sports rue de Casteljau justement- : « Il faut expertiser cette solution, mais je n’ai pas donné mon accord ».
D’après lui, le conseil départemental aurait estimé que cette solution aurait été à priori la plus pratique et la plus rapide à mettre en œuvre. De son côté Clément Pernot, président du conseil départemental, a réagi assez vivement : « Il est urgent d’agir pour les habitants de la vallée de la Vallière, les faux prétextes ne sont plus de mise.
A part quelques exceptions, tout le monde a donné un accord, une réalisation des travaux est possible dans les semaines à venir : les élus sont unis pour la réussite de ce projet”, ajoutant “j’ai eu l’accord de Mme la maire de Perrigny, membre de l’association de protection de la vallée de la Vallière ».