Jura. Lons : dernière ligne droite avant les municipales

Christophe Bois (Vivre Lons) et Jean-Yves Ravier (Changer de cap) livrent les premières mesures qu’ils prendront dès cet été, s’ils sont élus.

0
814
Qui de Christophe Bois (à g.) et Jean-Yves Ravier présidera aux destinées de Lons pour les six ans à venir ? Réponse le 28 juin.

Christophe Bois table sur des recettes stables

Conscient d’une situation économique et sociale qui risque de révéler sa véritable nature à l’automne, Christophe Bois reste pour l’instant optimiste. Selon lui, « il n’y aura pas de baisse de recettes ». Raison de cet optimisme, la promesse d’Édouard Philippe de compenser les pertes de recettes, pour un montant annoncé à hauteur de 1,75 milliard €. Rien qu’à Lons, la tête de la liste « Vivre Lons » estime à 1 million € environ la baisse de recettes sur le budget communal, auquel il faudrait ajouter 0,8 million € pour le restaurant municipal. Pas question pour autant de se serrer la ceinture : Christophe Bois souhaite maintenir les fondamentaux du programme construit avant le big bang corona.
Et même « profiter des opportunités » offertes par les différents plans de soutien et engager certaines mesures à caractère social : repas à 0,50 € pour les familles défavorisées cet été (critères sociaux) ; bons d’achats (valables chez les commerçants du centre-ville) distribués sur critères objectifs, par exemple aux bénévoles ayant œuvré durant le coronavirus ; création de cours d’été (pédagogiques et ludiques) pour les écoliers volontaires, etc.
Christophe Bois et ‘Vivre Lons’ proposent aussi un bouquet d’actions test dès le mois de juillet : ‘zone bleue’ (stationnement gratuit à durée limitée) dans le centre-ville, création d’une piste cyclable quai Thurel et avenue de la Marseillaise, feux clignotants à la place de certains feux tricolores, marché de producteurs locaux place de la Liberté les dimanches, etc. Christophe Bois met également en avant ses bonnes relations avec des politiques de différents bords pour faire avancer la cause lédonienne (Clément Pernot, président de conseil départemental, les députés LREM et LR du Jura, etc.).

Et Ecla ?

Christophe Bois ne fait pas mystère de ses ambitions, et sera aussi candidat à la présidence d’Ecla car selon lui, le maire de la ville préfecture doit aussi impulser une dynamique cohérente au niveau de l’agglo. S’il est maire et président d’Ecla, Christophe Bois s’est dit prêt à mettre entre parenthèses sa carrière de proviseur (du lycée professionnel Montciel).

Jean-Yves Ravier mêle mesures sociales et économiques

D’entrée de jeu, la tête de la liste « Changer de cap » souligne que son adversaire « avance masqué », sans étiquette, alors qu’il est « affilié à La République en Marche (LREM), et qu’il a reçu le soutien des députés Les Républicains » (Jean Marie Sermier et Marie-Christine Dalloz). Mais le candidat de la liste PS-PCF-EELV met plutôt en avant l’impérieuse nécessité de « prendre des mesures immédiates » pour faire face à une crise sociale et économique.
Alors que le « dernier conseil municipal a eu lieu le 24 février », il propose de réunir immédiatement celui-ci en session extraordinaire afin de réagir. Parmi les mesures destinées à soutenir ceux qui sont en difficulté : « un chèque de 100 € par écolier lédonien à utiliser dans les commerces de la ville, la gratuité de la cantine scolaire et périscolaire de septembre à fin 2020, la gratuité du centre nautique Aqua’rel jusqu’au 31 août », tout ceci sous conditions de ressources. Autre mesure solidaire mise en avant : « la création d’une mutuelle santé de qualité et accessible à tous », grâce à une négociation de groupe menée par la ville.
Autre cheval de bataille de ‘Changer de cap ‘, la santé : défense de l’hôpital, des EHPAD publics (dont Chaudon), etc. Mais Jean-Yves Ravier déploie aussi un large plan d’actions économiques destiné aux entreprises : « un fonds d’urgence destiné aux TPE/ PME (commerçants, artisans, auto-entrepreneurs, etc.) sous forme d’avances remboursables à taux zéro ; un numéro vert dédié aux entreprises » permettant à celles-ci d’avoir un lien direct avec la ville, le « remboursement de la taxe foncière pour les commerces de proximité en difficulté », une ristourne chiffrée à plus de 800 à 1.000 € par commerce. Côté voirie, il propose 2h de stationnement gratuit sur tous les parkings de la ville jusqu’à fin 2020, une nouvelle piste cyclable Marjorie-Mouillères-centre ville entre autres. Jean-Yves Ravier affiche aussi sa différence avec Christophe Bois sur le cumul des mandats : « Je serai maire à plein temps ».

Alors qui émergera de ce choc frontal centre droit/ gauche ? Malgré l’absence de triangulaire (qui aurait pu lui être favorable), Jean-Yves Ravier reste optimiste : « les 2/3 voire les ¾ des colistiers de John Huet nous soutiennent » depuis le retrait de la liste ‘Atouts Lons’.
Reste aux 21% d’électeurs de John Huet à faire leur choix : s’ils ne s’abstiennent pas, ils pourraient bien constituer la clé du scrutin du 28 juin qui s’annonce donc très indécis.