Logements : plus de collectifs et moins d’individuels

Les immeubles professionnels (hôtels, bureaux, commerces, artisanat, industrie, etc.) ont chuté début 2019, tout comme la construction de pavillons. Les immeubles collectifs sauvent la mise…

64
Les immeubles collectifs, plus nombreux que les pavillons et les immeubles professionnels.

L’Insee Bourgogne-Franche-Comté a dressé le bilan de l’activité du bâtiment au 1e trimestre 2019. Un bilan qui souligne un ralentissement global de l’activité dans la région. En ce qui concerne les autorisations : 10 700 logements ont été autorisés, en Bourgogne-Franche-Comté, entre le mois d’avril 2018 et le mois de mars 2019, en baisse de 10 % sur un an. Ce recul des autorisations au niveau régional est à peine supérieur à celui constaté au niveau national (9 %). Tous les types de logement sont concernés. Le repli est néanmoins plus important dans le secteur pavillonnaire (– 15 %), que pour la construction d’appartements ou de logements en résidence (– 5 %). La majorité des départements de Bourgogne-Franche-Comté s’inscrivent dans une tendance baissière assez marquée (de – 9 % dans le Jura).

Sensible recul des mises en chantier

En ce qui concerne les mises en chantier : en Bourgogne-Franche-Comté, 10 800 logements ont été commencés entre avril 2018 et fin février 2019, en recul de 5 % sur un an. La même tendance s’observe au niveau national. Cette baisse est exclusivement due à une nette diminution des mises en chantier de logements individuels (-10 %).
Dans le Jura, la situation s’avère encore  plus contrastée : la baisse globale du nombre de logements commencés (– 6%) masque une grande disparité entre les logements individuels (-18%) et les logements collectifs (+52%).
Cette tendance baissière se montre encore plus sensible pour les locaux professionnels (hôtels, bureaux, commerces, artisanat, industrie, agriculture, entrepôt). Les surfaces de plancher autorisées dans le Jura ont chuté de 13%, et les chantiers commencés même de 32%. Grâce à taux de crédits encore en baisse (certains atteignant désormais les 1% pour les particuliers), le marché de l’immobilier devrait cependant voir l’année 2019 en rose… Certains en profitent pour renégocier leur emprunt, une opération gagnante (l’économie pouvant atteindre des dizaines de milliers  €), à condition d’avoir un différentiel de taux d’au moins 1%.