L’invitée de la semaine : Éloïse Schneider

Rencontre avec la nouvelle benjamine du Conseil départemental. "Le soutien et le suivi aux collectivités comme le logement seront mes préoccupations premières".

0
451
Le seul binôme élu dès le premier tour : Éloïse Schneider et Clément Pernot.

Éloïse Schneider, vous venez de réaliser « officiellement » votre entrée en politique jeudi dernier, lors de la séance d’installation du Conseil départemental. Comment avez-vous vécu ces moments que l’on imagine forcément intenses et particuliers ?
Ce fut un moment très solennel et particulièrement émouvant. Se retrouver avec ses collègues conseillers départementaux – pour un certain nombre des élus expérimentés – pour vivre cette séance d’installation, afin d’élire notamment le Président de l’assemblée départementale, est une date qui restera forcément éminemment importante pour moi.

D’ailleurs, pourquoi et comment avez-vous choisi de vous lancer en politique ?
Cela s’est fait tout naturellement. Je suis animée depuis toujours par le désir de servir mon pays. J’ai pu concrétiser cette ambition en intégrant l’armée française après ma formation à Saint-Cyr. Lorsque j’ai rejoint en 2013 la Mairie de Champagnole puis la Communauté de communes, je me suis impliquée pour les femmes et les hommes de notre Territoire et j’ai trouvé dans cette proximité une source d’épanouissement. Cela n’a fait que renforcer mon désir d’être utile. Aujourd’hui, cette élection est le prolongement naturel de cette volonté.

Non seulement vous êtes la plus jeune de l’assemblée mais vous possédez aussi la singularité d’être binôme du président… Est-ce différent ?
Je pense que tous les binômes ont leur singularité et cela en est forcément une ! Mais vous savez je travaille avec Clément Pernot depuis plus de huit ans ; je pense connaître ses exigences, son mode de travail et j’ai surtout la chance d’avoir un binôme avec qui les fondations de notre complicité sont déjà établies. Ainsi, nous sommes déjà en action pour notre Canton de Champagnole et pour le Département.
Quant à être la benjamine, c’est un statut dont je suis fière mais qui malheureusement ne durera pas !

Vous et Clément Pernot avez été élus dès le premier tour, car seuls candidats sur votre canton. Comment expliquez-vous cette désertion de l’opposition face à votre candidature ?
Il est difficile de répondre à cette question et on ne peut guère le faire à la place de nos potentiels concurrents qui ne se sont pas présentés.
Notre bonheur dans ce contexte si particulier fut de recueillir 30 % des suffrages exprimés, dépassant les 25 % d’inscrits et d’être élus dès le premier tour. Nous fûmes les seuls à réussir cette mobilisation, c’est pourquoi nous remercions encore chaleureusement nos électeurs.

Outre le fait d’être quatrième vice-présidente en charge de l’habitat, des collectivités et du souvenir, quels sont vos projets et orientations à venir pour cette mandature ?
Le soutien et le suivi aux collectivités comme le logement seront mes préoccupations premières.
Par ailleurs, l’assemblée du Jura a déjà voté une délibération en faveur du logement inclusif pour les personnes âgées. Cela sera l’un des gros dossiers du mandat. Nous avons en particulier sur notre Canton de Champagnole, une réelle demande pour ce type de structures. En parallèle nous souhaitons pouvoir proposer des repas à domicile pour nos aînés. Ce seront deux priorités parmi l’ensemble des projets que nous porterons.
Plus généralement, je souhaite m’investir pour la reconnaissance et la défense des droits des femmes, pour les services proposés aux familles afin d’améliorer leur quotidien.
Enfin, le Jura étant dépourvu de présence militaire, il me tient particulièrement à cœur de faire vivre le jumelage avec l’armée de Terre et d’initier de nouveaux projets en liens avec la Défense.

Avez-vous un dernier message à faire passer à nos lecteurs ?
C’est un message résolument optimiste. Tout d’abord, je souhaite remercier les électeurs qui se sont déplacés en juin dernier. Si ces élections départementales et régionales ont été marquées par une abstention significative, il n’en demeure pas moins que les élus et notamment les élus locaux ont à cœur de défendre leurs Territoires. C’est la justification de notre investissement personnel.
Notre bien-être à tous passe par une vie démocratique riche. Pour cela, nous devons accompagner tous ceux qui s’investissent dans notre vie locale, dans nos associations, dans nos communes, dans nos instances intercommunales et départementales… pour faire ensemble notre lien social : celui qui nous anime et nous enrichit.