L’invitée de la semaine Anne Sophie Pelletier

Candidate en bonne position aux élections européennes du 26 mai 2019 sous la bannière La France Insoumise (LFI), on se souvient d’elle comme la meneuse d'une grève victorieuse de 117 jours dans l’EHPAD des Opalines, à Foucherans. Rencontre.

117
Anne-Sophie Pelletier est sortie du lot en prenant la tête du conflit social à l'Ehpad "Les Opalines".

Anne Sophie Pelletier, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis aide médico-psychologique en EHPAD, candidate en 5ème position pour les élections européennes sur la liste de la France Insoumise (LFI) et auteure du livre « EHPAD, une honte française » (paru chez Plon en janvier 2019).

Comment se porte LFI dans le Jura ?

Il y a de nombreuses actions menées en lien avec les luttes sociales, la démocratie, mais aussi les luttes écologiques, car nous sommes pour une écologie populaire. Nous sommes contre des traités de libre échange qui organisent le grand déménagement du monde. L’urgence écologique est à nos portes, nous pouvons vivre avec 3% de dette…mais pas avec 3 degrés supplémentaires !

En quoi a consisté votre marche à travers toute la région ?

Lors de cette marche de 8 jours (en avril) et de 180 km, une de nos têtes de liste (Emmanuel Maurel) accompagné d’élus et de militants avons  traversé 3 départements et de très nombreuses communes afin d’être au plus près des préoccupations des citoyens. Nous sommes partis du restaurant d’insertion « Le Rouget Lisle » de Lons le Saunier pour rejoindre Frangy-en-Bresse via Bletterans. Nous avons en cours de route visité Élan (jardin-insertion) à Nance. La marche fut l’occasion d’échanges riches avec des habitants, des travailleurs, des entrepreneurs, des agriculteurs : nombreuses questions sur l’impact des politiques européennes sur leur vie quotidienne (lutte contre le glyphosate, traités de libre-échange -TAFTA, CETA-, travailleurs détachés, etc.)

En matière de solidarité avec les ainés, quelles sont vos 2-3 propositions essentielles ?

Mon combat vise la prise en soin des ainés dans la dignité qui leur est due, aussi bien au domicile qu’en EHPAD. Les personnes âgées, les soignants, les familles, et les aidants familiaux sont les grands oubliés de la république : l’état ne peut pas se dédouaner de ses devoirs et laisser la vieillesse devenir un marché. Les soignants n’aspirent qu’à faire leur travail correctement, il est temps que l’état mette des moyens pour que plus aucun soignant ne soit en souffrance. Il peut y avoir des mesures mises en place très rapidement comme arrêter de payer les salaires des soignants dans les EHPADs privés à but lucratif avec de l’argent public. Nous sommes très en retard par rapport à d’autres pays européens sur les taux d’encadrement, il faut donc très vite les réévaluer, avec à minima 1 soignant/résident. Le métier de soignant et la pénibilité au travail doivent être reconnus (salaires réévalués). Pour finir, il faut s’émanciper de la règle des 3% imposée par L’Union européeene (déficit de l’état) : si aujourd’hui nos hôpitaux sont démantelés, si des lignes de SMUR sont supprimées, si des maternités sont fermées, c’est à cause de l’Europe et de ses traités (concurrence libre) qui sont de véritables carcans.

Les élections européennes mobilisent peu, que dire aux électeurs qui s’en détachent ?

Le 26 Mai, c’est l’occasion de dire « non » aux politiques d’Emmanuel Macron, mais pas que. C’est aussi éviter que celui-ci, s’il gagne les élections, mette un couvercle sur le mouvement des gilets jaunes, en poursuivant le cap qu’il s’est donné. S’il ne reçoit pas une raclée démocratique, il continuera ses réformes en utilisant le résultat du vote comme totem afin de légitimer sa politique. Voter pour la France Insoumise, c’est voter pour une Europe des peuples, une Europe écologique, sociale et démocratique.

Qui incarnent LFI dans ces élections ?

Des têtes dures qui ne se laisseront pas faire. C’est une liste à l’image du peuple, menée par Manon Aubry, spécialiste de l’évasion fiscale.  Deux autres candidats franc-comtois sont sur la liste : Gabriel Amard (de Lons) en 8eme position, très engagé dans le combat sur l’eau bien commun, et Laurence Lyonnais (de Frasne), 11eme sur la liste, femme éco-socialiste très engagée sur les questions écologiques et agricoles.

Propos recueillis par Stéphane Hovaere