L’invité de la semaine : Roger Vincent

Le président jurassien des Meilleurs Ouvriers de France évoque les concours à venir et en filigrane l'avenir de l'artisanat dans notre département.

0
68
Après 12 ans de présidence, Roger Vincent cèdera sa place en 2022.

Roger Vincent, comment vous présenter ?
Sculpteur sur pipe, je suis sanclaudien, Meilleur ouvrier de France (MOF) et président des MOF du Jura depuis 12 ans (dont je passerai la main fin 2021).

Le Jura avait rendez-vous avec votre Congrès en juin dernier, mais il a été reporté. Pourquoi ?
Il devait se tenir à Lons Juraparc et rassembler plusieurs milliers de participants venus de toute la France, mais le Covid est passé par là…. Ce grand rendez-vous annuel, qui englobe la finale nationale des Meilleurs Apprentis de France (MAF) est reporté en juin 2022. Ces derniers présenteront près de 500 chefs d’œuvre illustrant leur savoir faire dans 65 métiers différents : de la coiffure et l’esthétique en passant par les métiers du bâtiment et du bois, jusqu’aux métiers de bouche, etc.

Une sorte de « Jeux olympiques » de l’artisanat français ? Qui sont ces jeunes qui y participent ?
Ces meilleurs apprentis n’ont en général que 16, 17 voire 18 ans, mais ils incarnent la relève : les lycées professionnels n’ont jamais été aussi remplis depuis deux ans. Dans le Jura, nous avons la chance d’en héberger plusieurs, spécialisés chacun dans un domaine. Comme le bois à Mouchard et Moirans, le métal à Saint-Amour, la couture à Dole, la lunette à Morez, la cuisine à Poligny, etc…

Que deviennent-ils après leur consécration ?
Lors de la remise des médailles à la Sorbonne à Paris, de prestigieux partenaires sont présents, comme Hermès, Franck Provost, etc. Et les embauches se font souvent directement après la cérémonie.

Le Jura figure t’il parmi les bons élèves en termes d’apprentissage ?
L’état a mis beaucoup d’argent dans les formations professionnelles, mais il nous manque des moyens financiers pour développer notre pôle MAF. Il y a encore quelques années, nous étions le premier département de France, avec jusqu’à 23 MAF sacrés par an. L’an dernier 9 MAF ont été médaillés, nous espérons faire mieux. L’autre principal écueil consiste à trouver des maîtres d’apprentissage, un appel est lancé aux entreprises en ce sens…

Un MAF peut cacher un MOF : qu’en est-il du concours national des Meilleurs Ouvriers de France ?
Cet autre concours prestigieux se déroule tous les 3 à 4 ans seulement, et a été créé en 1924 sous l’égide de l’éducation nationale. Celle ci a souhaité reprendre en mains le concours qui était organisé par les artisans : outre la fin des concours pour les métiers dont les candidats étaient rares, une « rallonge » de 5.000 € a été demandée aux candidats souhaitant s’inscrire. Cela a provoqué un tollé et même une manifestation devant l’Assemblée nationale, suivis d’une mise entre parenthèses du concours. Heureusement, la situation s’est éclaircie et l’état a débloqué des fonds pour que le prochain concours ait lieu.

Avez-vous d’autres événements à venir ?
Nous préparons le salon des métiers d’art, un salon biennal qui aura lieu en novembre à Saint-Claude. Il connaît en général un gros succès, car il présente tous les savoir faire de l’artisanat jurassien. En outre, des œuvres de MOF y seront exposées, des œuvres dont certaines demandent 10.000 heures de travail, soit 2 ans ou plus d’efforts….

Recueilli par Stéphane Hovaere

A suivre : salon international des métiers d’arts les 19, 20 et 21 novembre à Saint-Claude Palais des sports. Et concours national des MAF du 20 au 28 juin 2022 à Lons Juraparc.