Trois questions à Guillaume Ducolomb, directeur des Hôpitaux du Jura

Guillaume Ducolomb prenait ses fonctions de Directeur Général des Hôpitaux du Jura, il y a un peu plus d’un an en mai 2018. En présence de Carole Griesmayer directrice déléguée sur Saint-Claude et Morez, il a répondu à nos questions.

93
G. Ducolomb et C. Griesmayer sur le perron de l'Hôpital!
Dans l’une des futures chambres du nouveau service de médecine!
G. Ducolomb et C. Griesmayer sur le perron de l’Hôpital!

L’hôpital de Saint-Claude est-il menacé ?

La réponse est claire.
L’hôpital de Saint-Claude n’est pas menacé ! Il a du potentiel, et nous sommes dans une dynamique de développement. La feuille de route précise de remettre en ordre de marche de matière dynamique l’hôpital.
Cette première année a été marquée par une réorganisation après la fermeture de la maternité, avec l’objectif notamment de conforter le rôle de l’hôpital avec des urgences 24 h sur 24 et un SMUR, le développement de la médecine, le développement du Service Soins de Réadaptation (SSR) et celui de la chirurgie ambulatoire (représentant au plan national 80% des actes de ce type).
Donc pas de fermeture de cet hôpital de proximité.
La fin de la maternité, décidée avant son arrivée peut être vécue comme un traumatisme par beaucoup, mais ce fut une décision ministérielle à laquelle actuellement on ne peut rien… Et dans la feuille de route il n’est pas demandé de la rouvrir.

Où en est-on sur le plan financier ?
Sur une baisse constante du déficit, qui était en 2016 de 3,7M€, en 2017 de 2,5M€, pour être établi en 2018 à 1,8M€.
L’ARS apporte un accompagnement financier très important pour les travaux prochains de mise aux normes et d’aménagement pour la sécurisation et le désenfumage des bâtiments anciens A et B pour une somme de 1M€.
Ces travaux, qui auraient dû être réalisés il y a cinq ans, vont être séquencés et démarrer dans une quinzaine de jours. Ils sont financés par l’ARS  en fonction d’une plus forte activité constatée dans de nombreux services (+3.3% en médecine, +2.2% de passage aux urgences, +3.7% en consultations générales, +15% en chirurgie ambulatoire par exemple)…
Petite précision encore, le chirurgien orthopédiste Djamel Boukezzata bien apprécié des Sanclaudiens n’a pas continué à Saint-Claude pour «des raisons de régularisation de contrat»…

Comment voyez-vous l’avenir à Saint-Claude ?
Afin de mieux rentabiliser son plateau technique performant, l’objectif de l’hôpital est d’ouvrir un nouveau service de médecine, à la place de l’ancienne chirurgie en septembre 2019 de 15 à 20 lits (en plus des 28 lits actuels) pour notamment de la rhumatologie, le Dr Fontaine ayant fait le choix de travailler à temps plein à l’hôpital, pour aussi de la néphrologie (avec le recrutement réalisé d’un 3ème néphrologue) et pour de la gastro-entérologie avec le Dr Phan Van qui collabore déjà avec l’hôpital.
Parmi les autres projets, ouverture imminente de 8 lits au SSR, création d’un ensemble complet d’imagerie en regroupant la radiologie privée et celle de l’hôpital  au niveau du scanner, alors que l’arrivée de l’IRM avec un nouveau bâtiment devra compléter l’ensemble dans quelques mois, tout n’étant pas réglé administrativement.
Une meilleure coordination notamment informatique entre Saint-Claude, Morez, Champagnole et Lons est engagée.
Dans le cadre d’un partenariat avec la Clinique privée du Jura à Lons, il est par ailleurs envisagé d’intégrer Saint-Claude avec ce groupe qui englobe déjà Ambérieu-en-Bugey, afin d’optimiser au mieux le plateau technique local.
Il est important d’inverser les tendances et de reprendre confiance dans l’hôpital de Saint-Claude, pour le bénéfice de tous.

Propos recueillis par Guy Monneret