L’invité de la semaine : Gilbert Carrez

Alors que les Jeux Olympique de la Jeunesse (JOJ) se dérouleront du 9 au 22 janvier à Prémanon/ Les Tuffes, le président du comité de ski du Massif Jurassien et du Jura évoque la saison hivernale à venir. Rencontre.

292
Grâce aux JOJ, "Le Jura entre dans une autre ère et je pense sincèrement qu’il y aura un avant et un après" estime Gilbert Carrez.

Gilbert Carrez, comment vous présenter ?
Je suis retraité de la fonction publique d’Etat (jeunesse et sports), j’ai passé 42 ans auprès de l’École Nationale de Ski de Fond puis du Centre National de Ski de Fond de Prémanon. Après une vie dévolue aux diverses instances locales et régionales du ski, je suis aujourd’hui président de la ligue de ski de Bourgogne Franche Comté, du comité de ski du Massif Jurassien et du comité départemental de ski du Jura.

Dans quelles disciplines travaillez-vous ?
Le comité de ski du Jura gère du ski nordique, du biathlon, du saut à ski et combiné nordique et –on le sait moins- du ski alpin. Le ski alpin était en retrait au niveau des performances des jeunes jurassiens ces dernières années mais le relief n’explique pas tout, car avons des jeunes talentueux et qui ont envie. Comme Lucie Colle (club de Longchaumois) qui a intégré des groupes en Savoie pour optimiser ses entrainements, tout en conservant son identité jurassienne.

Le comité cherche des pépites, quelles trouvailles ont brillé ces dernières années ou vont briller ?
On ne découvre pas un champion par hasard au détour d’une piste, et c’est bien le résultat d’un travail de fond de l’ensemble des acteurs, associé au talent de l’individu avec l’appui constant des parents. Nous avons la chance d’avoir régulièrement des résultats au niveau des jeunes dont nous avons la responsabilité : Martin Bourgeois Republique champion du monde junior de biathlon, Tom Bourgin, champion de France U15 en biathlon, Maël Begrand champion de France U15 de combiné nordique. On peut aussi avoir de grands espoirs sur des champions jurassiens qui sont déjà en équipe de France comme par exemple Laurent Muhlethaler en combiné nordique, Elie Nabot et Lola Mostero en télémark, et Valentin Chauvin en ski de fond (qui a gagné la coupe d’Europe de la discipline en 2019). Enfin, du côté des valeurs sûres, Anaïs Bescond et Quentin Filon Maillet sont encore là cette saison… Les nouvelles sont bonnes, la préparation s’est bien déroulée sans incident physique, le moral est bon : tous les voyants sont au verts !

Qu’attendez-vous des JO de la jeunesse ?
Le Jura et plus particulièrement le stade des Tuffes sur la station des Rousses sera le théâtre de la partie nordique des Jeux Olympiques de la jeunesse, pour lesquels l’épicentre sera à Lausanne. C’est une chance extraordinaire pour notre territoire qui va vivre un moment unique dans notre histoire, et accueillir les meilleurs jeunes du monde dans les disciplines du biathlon, du saut à ski et du combiné nordique.
Le Jura entre dans une autre ère et je pense sincèrement qu’il y aura un avant et un après. Ce sont les champions de demain qui seront réunis aux Tuffes ! La sélection du massif jurassien comptera 6 jeunes, tous issus du Doubs (dont une grande majorité issue du club Olympic Mont d’Or). Par ailleurs les JO jeunes vont laisser un outil extraordinaire à tous les skieurs jurassiens, le stade des Tuffes.

Que pensez-vous du nouveau projet de modernisation du domaine Tuffes-Dôle ?
C’est l’avenir économique de la station des Rousses qui se joue. Malgré un avenir climatique incertain, cette évolution est vitale. Le Jura doit proposer un territoire skiable en adéquation avec les attentes des clientèles d’aujourd’hui et moderniser ses installations.

Propos recueillis par Stéphane Hovaere.