L’invité de la semaine : Eric Silvestre

Alors que les sondages créditent le Rassemblement National (RN) d’une 2e place aux élections européennes (derrière LREM), le délégué départemental du Jura évoque des questions d’actualité. "Il faut supprimer sur notre territoire la directive « Détachement des travailleurs » qui y crée une concurrence déloyale inadmissible"

152
Eric Silvestre se déclare contre l'implantation de nouvelles éoliennes.dans le Jura

Eric Silvestre, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
J’ai 52 ans, je suis président et gérant de sociétés spécialisés dans la construction métallique et le bureau d’étude. Je suis conseiller municipal d’Alièze (à côté de Lons), correspondant « défense » de ma commune, et également officier de réserve de l’armée.

Quelles réussites ambitionnez-vous aux européennes du 26 mai ?
Notre ambition est bien entendu de finir en tête, notre seul adversaire à ce jour est l’abstention ! Nous devrions en tout état de cause obtenir plus de vingt députés européens qui, une fois les alliances constituées avec nos amis des pays voisins, pourront peser au sein du Parlement Européen.

Si vous étiez élus demain au niveau local, quelles seraient vos premières mesures ?
Il faut avant tout redonner du pouvoir d’achat aux Français ; cela passera forcement par un audit des comptes des municipalités et du département. Si nous voulons baisser la fiscalité qui pèse trop sur chacun, il nous faudra déjà savoir où faire des économies. Il nous faudra aussi assurer l’égalité sur tout le territoire du département, et garantir l’égal accès pour chacun aux services publics qui ferment les uns après les autres. Je pense particulièrement aux structures de santé : l’accès aux soins de premier secours doit rester le même pour tous.

La “préférence nationale” est-elle toujours de mise en ce qui concerne l’emploi ?
Avant tout, il faut supprimer sur notre territoire la directive « Détachement des travailleurs » qui y crée une concurrence déloyale inadmissible, mais aussi mettre en place une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers, afin d’assurer effectivement la priorité nationale à l’emploi des Français. J’associe bien évidement nos amis agriculteurs à mes propos, agriculteurs pour lesquels nous nous devons d’appliquer le patriotisme économique à leurs produits en favorisant les circuits courts.
Il faut aussi tourner notre regard vers les TPE-PME qui sont le moteur de l’économie française et départementale : il faut donc leur accorder une priorité dans toutes les politiques publiques. Il faut que les entrepreneurs puissent développer une activité avec succès, et créer de la richesse sur notre sol.

Votre permanence a été de nouveau saccagée à Lons : comment le ressentez-vous ?
Lorsque l’on regarde notre vitrine, il est facile de constater que le seul argument de discours de certains de nos opposants politiques est le marteau. Cela laisse présager du pire s’ils arrivaient au pouvoir ! Je porte systématiquement plainte à chaque dégradation, preuves parfois à l’appui; je regrette cependant d’avoir à encombrer notre police nationale avec de telles plaintes. J’attends avec impatience un retour de la justice…

Que pensez-vous des projets d’implantation d’éoliennes ?
De nouveaux projets d’implantation d’éoliennes géantes s’apprêtent à défigurer le paysage. Il faut pointer du doigt la folie que représentent les projets éoliens dans notre si magnifique environnement départemental. Il suffit de tourner le regard vers les six mâts implantés à Chamole, les plus hauts de France avec un sommet en pointe de pales à 193 mètres… et d’imaginer ce qu’il en sera quand notre département en comptera 10, 20, 50 ou plus culminant sans doute à 240 mètres (trois fois plus haut que la Collégiale Notre-Dame de Dole !). Le Rassemblement National réclame un moratoire sur les projets éoliens, l’organisation systématique de référendums locaux pour les nouvelles implantations, et le transfert des subventions de l’éolien vers la rénovation énergétique et la recherche sur les nouvelles énergies.

Propos recueillis par Stéphane Hovaere