L’invité de la semaine : Alain Michon

Comment devenir franc-maçon ? A quoi sert la franc-maçonnerie ? Qu'est-ce que le Droit Humain ? Alain Michon, Grand Maître national de l'Ordre maçonnique le Droit Humain animera une conférence publique jeudi 7 mars. Il a accepté de répondre à nos questions.

128
Alain Michon, Grand Maître national de la fédération française du Droit Humain animera la conférence sur le thème de "L'expérience de la fraternité au Droit Humain".

Alain Michon, pouvez-vous présenter le Droit Humain ?
Le Droit Humain est l’Obédience maçonnique historique de la mixité. En 1893, nos fondateurs ont permis aux femmes d’accéder à tous les degrés de l’initiation maçonnique. Depuis, dans nos Loges, nous travaillons entre hommes et femmes en parfaite égalité. Cette mixité est constitutive de notre identité. Nous sommes nés d’une transgression, puisque jusque là l’initiation maçonnique était interdite aux femmes. Nous faisons nos chemins dans le respect des particularités des uns et des autres. On peut dire que l’humanisme est notre colonne vertébrale“.

Qu’est-ce qui vous diffère d’une association banale ?
Nous sommes organisés en loges, présentes sur tout le territoire, outremer compris. Sur ce plan, nous fonctionnons comme toute association avec des assemblées représentatives élues, des responsables élus. Mais nous ne sommes pas que cela. Nous nous regroupons autour de valeurs, de principes. Nous sommes attachés à la liberté absolue de conscience, aux principes de liberté, d’égalité, de fraternité. La laïcité est pour nous un principe juridique fondamental. Elle protège, elle est un outil de la concorde, de la paix civile, et dans ce sens elle est universalisable. Elle ne doit pas être manipulée et doit être enseignée avec justesse et précision. On peut parfaitement être croyant et franc-maçon, comme on peut être athée ou agnostique et franc-maçon. Nous nous référons à une volonté de dépasser les particularismes et les identitarismes. Par ailleurs, nous sommes une société qui se rattache à des symboles, qui cherche à faire réfléchir en profondeur sur l’humain et sur la possibilité de l’agrandir, de l’approfondir… Nous nous inscrivons dans une démarche lente, progressive, très différente des injonctions à l’immédiateté, à la vision à court-terme contemporaine. Ce qui n’exclut pas du tout de nous intéresser à des sujets de société actuels, au monde dans lequel nous vivons”.

A quoi sert la franc-maçonnerie ?
“La réponse à cette question ouvre à deux directions. Nous visons à progresser sur et en nous-mêmes. Cela commence donc par un apprentissage en loge, où travaillent ensemble des femmes et des hommes très différents. Mais le travail ne s’arrête pas là . Nous devons porter des messages, des valeurs, un idéal dans nos vies actives. Nous voulons passer de la construction de soi à celle d’une humanité fraternelle. Nous restons par là fidèles à l’impulsion initiale qui fut celle de la maçonnerie à l’époque des Lumières”.

Comment devient-on franc-maçon ?
“Pour être admis en franc-maçonnerie, plusieurs possibilités s’offrent. Un franc-maçon vous connaît, il se dévoile, échange avec vous, vous propose de poursuivre la démarche et vous faites une demande, si vous le souhaitez. Mais vous pouvez découvrir par vous-même le Droit Humain en allant sur le site internet de la fédération nationale, en assistant à des rencontres du Droit Humain, ou à une conférence publique et vous nous contactez. Vous pouvez écrire. Nous vous répondrons. Quel que soit le chemin choisi, il appelle ouverture d’esprit, tolérance, désir de découvrir. On commence Apprenti et débute alors un chemin qui sera le vôtre sans qu’on vous impose un dogme ou un corps de croyances ou d’idées. C’est là la marque du parcours maçonnique. Par contre, on n’est pas franc-maçon une fois pour toutes, suite à une cérémonie d’initiation. On devient franc-maçon par un travail patient, réfléchi, par des retours sur soi, des approfondissements, un regard critique…“.

On dit souvent que la franc-maçonnerie est secrète ; alors pourquoi une conférence publique ?
“Nous ne faisons pas de prosélytisme et nous cherchons avant tout à faire connaître nos valeurs et nos principes. Si vous allez visiter notre site vous verrez que nous nous exprimons régulièrement sur des sujets de société, français, européens ou internationaux. Si nous sommes discrets c’est que l’antimaçonnisme qui a frappé nos anciens est toujours là. Il est porté par des groupes qui ont en haine la liberté de conscience et la recherche de la fraternité sans frontières. Nous voulons préserver l’espace de notre réflexion des fureurs du monde. Mais nous voulons aussi nous présenter, répondre aux questions, dialoguer. L’idée de proposer une conférence publique s’inscrit dans cette optique”.

Pourquoi avoir choisi le thème de la fraternité pour cette conférence ?
“Parler de fraternité c’est mettre l’accent sur un terme du triptyque républicain souvent un peu laissé dans l’ombre, alors qu’il ouvre à des chemins actuels essentiels”.

Conférence publique “L’expérience de la fraternité au Droit Humain” : jeudi 7 mars à 20 h, salle du Puits salé à Lons-le-Saunier.
Pour contacter la Fédération française : www.droithumain-france.org