France 3 Franche-Comté : au cœur de l’information de proximité

Leur ligne éditoriale est similaire à la nôtre, axée sur une déclinaison positive de l'information de proximité. Avec pour simple et unique objectif de "faire du téléspectateur, un citoyen éclairé". Récit d'une rencontre riche d'enseignements, partagée avec des confrères bienveillants et passionnés, au cœur des studios de France 3 Franche-Comté.

467
(Crédit photo : Pascal-Sulocha_France 3)

“Rien ne se fait sans vous”

Depuis ce mardi 2 juin, France 3 Bourgogne-Franche-Comté a repris la diffusion de ses éditions régionales de proximité.
Après avoir recentré sa proposition éditoriale autour d’un rendez-vous quotidien pendant la crise sanitaire pour la sécurité des équipes, les deux rédactions régionales reprennent donc chacune leur édition. Ainsi, le 12/13 et le 19/20 de l’antenne de Dijon et de l’antenne de Besançon sont de retour pour les Bourguignons et les Francs-comtois.
Une offre d’information de proximité unique qui semble satisfaire les téléspectateurs locaux, car toujours de plus en plus nombreux.
Mais c’est sur la tranche du 19/20 que France 3 Franche-Comté tire son épingle du jeu avec 24% de part d’audience (soit plus de 90 000 téléspectateurs).
Aussi, le site internet n’est pas en reste puisqu’il comptabilise plus de 160 000 visites par jour (contre 114 000 en février).
Retenons enfin qu’un nouveau programme intitulé “Rendez-vous chez vous” est prévu du lundi au vendredi à 11h50 et 18h50.
Une parenthèse originale, en forme de coup de projecteur sur les initiatives solidaires individuelles et/ou d’entreprises qui ont fait le choix de la solidarité et de l’entraide. Ces reportages sont présentés par Amélie Douay, Franck Menestret, Aude Sillans, Florence Cicolella.

 

(Crédit photo : Pascal-Sulocha_France 3)

 

Une reprise précipitée par le second tour des municipales

“La période que l’on vient de vivre nous a contraints à mutualiser les rédactions de Dijon et de Besançon. Il fallait protéger les salariés, mais poursuivre notre mission d’information. Nous avons dû fonctionner avec un minimum de personnels sur le terrain et sur nos sites techniques. Beaucoup ont poursuivi leur mission en télétravail” précise Samuel Peltier, directeur régional de la chaîne.
En effet, parmi les 220 salariés, seulement 15 % de l’effectif a travaillé sur site ou sur le terrain.
“La peur du virus, on l’a tous eue… Maintenant que tout cela semble derrière nous, nous axons notre travail à cette reprise, qui s’est retrouvée précipitée par le second tour les municipales, programmé le 28 juin. D’autant plus que cette campagne va être très particulière, sans meeting, sans action de terrain. De ce fait, les médias vont être au cœur du dispositif… Qui plus est les médias locaux !” souligne le patron de la chaîne.

L’hyper-proximité en question

Pour France 3, la couverture des élections se déroulera comme habituellement.
Quoique pas tout à fait, puisqu’à partir de ce lundi 15 juin, l’accent sera mis sur l’hyper-proximité avec un débat sur une ville chaque fin d’après-midi, de 18h à 18h40.
“Ce sera un gros coup de projecteur sur les localités qui n’en n’ont jamais bénéficié”.
Le dimanche 28, la traditionnelle “soirée spéciale élections municipales” est également programmée avec le détail des résultats locaux, des commentaires, des analyses….
“Je tiens à saluer le travail exceptionnel des équipes en cette période compliquée et particulière. Le personnel a su faire montre  d’engagement et d’adaptation dans ces moments où la télévision a été puissante (les Français ont regardé quotidiennement leur petite lucarne une heure de plus qu’habituellement)”.
Et de conclure :
“Le service public sort de cette période renforcé. On a trouvé notre utilité en mettant en valeur d’heureuses initiatives locales, comme la fabrication de masques. Sur France 4 aussi avec la classe en direct, qui propose des cours pour tous les niveaux du primaire. Surtout pour ceux qui n’avaient pas internet à la maison, l’école est arrivée jusqu’à eux.
Cet été, on continuera avec les cahiers de vacances…”

 

Samuel Peltier.

La réalité du terrain : notre quotidien ordinaire

Indéniablement France 3 a su être au rendez-vous pour apporter à tous ceux qui en avaient besoin les informations locales portant sur la crise de la Covid-19 et son évolution.
“Ce fut une période compliquée pour tout le monde, professionnellement comme personnellement. Envoyer des journalistes sur le terrain, ça nous a fait douter. On s’est posé des questions, on avait quelques craintes. On a notamment interdit les reportages en milieux clos, médicaux” se remémore le rédacteur en chef Bruno Massonnet.
“D’un autre côté, notre devoir c’est d’informer. Média de proximité, on était attendu.
Ce passage sombre aura quand même été riche d’enseignements : il faut savoir être réactif (tout a basculé entre la fin des soirées électorales et le début du confinement survenu 48 heures plus tard). De cette épreuve, il en restera forcément quelque chose après…
Et puis les équipes ont été formidables. Un effort collectif très important a été fourni de la part de la rédaction…”
Un seul regret pour lui :
“Avec le recul, on a été peut-être un peu trop anxiogène… mais l’actualité l’exigeait. Cela dit, on a aussi suivi les élans de solidarité et les initiatives citoyennes positives…”
Il faut dire qu’avec les deux canaux de diffusion cumulés (télévision et internet), France 3 a su capter de nombreux visiteurs nouveaux, notamment sur les réseaux sociaux, Instagram et sa chaîne Youtube.
“On a recueilli des témoignages spontanés en direct par ce biais. Cela nous a donné envie de poursuivre sans ce sens. On a senti qu’on a répondu à un besoin. Celui de revenir aux fondamentaux de notre quotidien ordinaire”.

Rendez-vous chez vous

C’est pourquoi France 3 Bourgogne Franche-Comté mise beaucoup sur “Rendez-vous chez vous” (du lundi au vendredi à 11h50 et 18h50).
“On va voir la vie des gens ! C’est un recueil de paroles individuelles, la découverte d’un territoire, d’histoires singulières, de personnages anecdotiques… Nous sommes à l’écoute de cette population qui s’avoue peu intéressée par l’actualité ou l’institutionnel. Nous voulons être plus proches des gens, au contact de leur réalité et de leurs préoccupations, surtout dans un territoire rural comme le nôtre…
Déjà, la crise des gilets jaunes nous a posé question. Puis celle de la Covid a suivi. Il est clair que l’on doit aujourd’hui apporter une autre information.
On décentralise déjà une fois par mois le journal, et on ira à nouveau régulièrement traiter les problématiques de terrain (médecine, solidarités, etc…) ailleurs que dans les grandes villes. On commencera avec dès la rentrée, puis on enchaînera avec le tour de France, l’agriculture, les vendanges… Je ne peux pas tout vous dévoiler mais les idées ne manquent pas !” glisse malicieusement Bruno Massonnet.

 

La régionalisation s’enclenche

Une démarche de régionalisation est actuellement en cours au sein de France 3.
“L’idée est de développer les programmes régionaux. Sur 2021 c’est notre but prioritaire” observent les différents responsables éditoriaux qui souhaitent voir fleurir “une vraie chaîne régionale dans chaque région”.
“Nous sommes aujourd’hui une chaîne nationale avec des décrochages régionaux. On veut faire exactement l’inverse… Dans chaque territoire, cette perspective de développement est à l’étude. Une vraie réflexion en profondeur s’est engagée en ce sens.
Cette mutation nécessitera de l’innovation et de l’ingéniosité. Mais la télévision n’est pas morte. Durant ces dernières semaines, on a retrouvé certains publics, notamment les plus jeunes. A nous de les capter avec des programmes qui leur correspondent” ambitionnent-ils.

 

Du lundi au vendredi à 10h10 sur France 3 : ensemble c’est mieux (formule dé-confinée) !

En cette période de dé-confinement, France 3 continue de vous accompagner pour répondre à vos préoccupations du quotidien.

Après ces deux mois “d’isolement”, quelles sont et seront les conséquences sur notre quotidien ? Comment s’adapter face à ces changements dans nos vies ?
Chaque jour, Thibaut Rysman et ses invités apportent des réponses concrètes aux questions que nous nous posons.
Dossier du jour : vacances d’été, où pourrons-nous partir ? Qu’est-ce que le confinement a changé dans notre façon de consommer et dans notre rapport aux commerces de proximité ? Nos invités vous répondent !
Belles histoires, initiatives positives… Les présentateurs d’Ensemble c’est Mieux en régions vous invitent à prendre la vie du bon côté.
Avec les Tutos bricolage ou déco, activités pour les enfants, ateliers “fait-maison”, vous aurez également de quoi vous occuper pendant vos week-ends.
Carinne Teyssandier et Vincent Ferniot, présentateurs d’Ensemble c’est Mieux Auvergne-Rhône-Alpes et Paris Ile-de-France, partagent leurs coups de cœur culinaires et nous mijotent leurs meilleures recettes, à emporter… ou pas.
Et enfin parce que la “solidarité” est le maître-mot de l’émission, France 3 donne la parole à ses téléspectateurs.
Vous souhaitez faire passer des messages de remerciement et raconter votre dé-confinement ? Contactez-les !
Pour continuer de vous accompagner au fil de cette crise sanitaire, Pascal Gervaize et des spécialistes vous apportent chaque jour des solutions sur le groupe Facebook « Les matins de France 3 Bourgogne-Franche-Comté » et du lundi au vendredi à 11h50 et à 18h50 sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

https://www.facebook.com/groups/ensemblecestmieuxfrance3

Contactez-nous