L’Hôpital Louis Jaillon se tourne vers l’avenir

La remontada serait-elle enclenchée ?

218
1Carole Griesmayer directrice déléguée des Hôpitaux de Morez et Saint-Claude, en poste depuis le 2 janvier 2019.
Carole Griesmayer directrice déléguée des Hôpitaux de Morez et Saint-Claude, en poste depuis le 2 janvier 2019.
L’Hôpital Louis Jaillon sur la voie de la rédemption!

L’hôpital de Saint-Claude certifié

Le principe d’une certification est de donner aux clients d’une entreprise une assurance sur la qualité de celle-ci, par un organisme agréé telle l’agence Véritas dans le privé.
Ainsi la certification prouve, établit que l’entreprise certifiée (ou le personnel certifié) répond, pour plusieurs de ces aspects, procédures, produits, services, etc. … à un certain référentiel préétabli. Dans l’industrie par exemple, ISO 9001 existe pour le management de la qualité, et 14001 la maîtrise des impacts environnementaux. En matière de santé, il en est de même, avec la Certification V2014 de contrôler périodiquement la performance des services. La Haute Autorité de Santé (HAS), comme organisme interne de contrôle initie tous les 4 ans une visite des hôpitaux de l’hexagone, suivant une procédure spécifique de certification. L’enjeu important de cette opération consiste en l’autorisation ou non par l’ARS  de poursuivre l’activité  du service ou de l’hôpital contrôlé. Sur Saint-Claude, le contrôle a été opéré en octobre 2018 par les inspecteurs-experts de la HAS sur les deux établissements jumelés de Morez et Saint-Claude.

Une note C encourageante…

«Dans quatre ans, nous dit Carole Griesmayer directrice déléguée, la prochaine certification se fera au niveau du GHT (Groupement Hospitalier de Territoire), comprenant les hôpitaux de Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Morez, Champagnole, Saint-Julien, Orgelet, Arinthod, et Le Revermont», donc tout le sud du Jura. Il faut s’y préparer! Comme après toute inspection, les agents-contrôleurs ont rendu un rapport avec des actions correctives, ou des observations à lever dans les six mois.
«Sur une échelle qui va de A à E, nous avons reçu le niveau C de la certification V2014, avec l’obligation de lever des observations sur trois points, qui sont la prise en compte du risque suicidaire, la prise en charge de la douleur, et la prise en charge médicamenteuse du patient. Nous devons rendre les actions correctives sans une contre-visite de la part de la HAS. La note C exige cependant une obligation d’amélioration».
Il est à noter dans le même temps que Lons-Le-Saunier a écopé d’une note D, nécessitant une nouvelle visite des experts de la HSA, notamment sur les locaux vétustes de sa pharmacie de l’hôtel-Dieu. Ce domaine médicamenteux très sensible ne tolère aucun manquement. Ce C encourageant permet peut-être d’envisager in situ un avenir plus radieux, et faire taire certains détracteurs…