Les vœux de Jean Rousseau, maire de Villers-Rotin : dans le vif du sujet !

Jean Rousseau, maire du village et son conseil municipal ont présenté les vœux de la municipalité aux Rotiniens et Rotiniennes en présence de Marie-Claire Bonnet-Vallet, Dominique Girard conseillers départementaux, les maires présents des communes voisines ainsi que « la gendarmerie avec qui cette année nous n'avons pas eu l'occasion de nous voir trop souvent, ce qui laisse supposer un village relativement calme, et n'oublions pas les pompiers », précisait le premier édile.

34
Jean Rousseau entouré de ses conseillers municipaux.

« Rentrons dans le vif du sujet qui j’ose l’espérer aura au moins une certaine écoute de la part de nos invités mais je suppute que ceux-ci on l’art de savoir écouter. Léonard de Vinci ne disait-il pas : « savoir écouter c’est posséder outre le sien le cerveaux des autres ». Donc revenons aux actualités Rotiniennes qui sont finalement faciles à résumer : les rentrées financières étant ce qu’elles sont, c’est a dire dérisoires, nous avons donc composé avec, en sachant malgré tout que nous pouvons compter sur nos élus de proximité avec qui nous avons déjà eu l’occasion de travailler et qui eux n’ont pas la langue de bois. Ce qui n’est pas le cas de certains qu’ils l’ont tellement épaisse qu’elle ferait fuir un rabot même bien affûté … », soulignait avec un certain sens de la formule, Jean Rousseau avant d’énumérer les réalisations de l’année 2018.

C’était en 2018

La réfection du chemin de Labergement, l’installation d’un nouvel abri bus en remplacement de celui existant, le nettoyage de la Vèze, et aussi les travaux pour l’arrivée de la fibre optique au cœur du village : « Les travaux pour le haut-débit par fibre optique financés par le conseil départemental se sont très bien déroulés, nous sommes maintenant en attente d’un résultat, les grecs anciens utilisant déjà la conductivité de la lumière par le verre nous sommes donc sereins … mais je conseille aux habitants de prendre contact avec leur opérateur », précisait le maire.
Une satisfaction, la bibliothèque : “La bibliothèque que nous partageons avec Flagey, et là, nous sommes devant une coopération voulue et non pas imposée, a l’impudence de très bien se porter. Au moins un créneaux qui a encore de la vitalité et qui je l’espère restera communal, car comme vous pouvez le constater les compétences des conseils communaux ont une nette prédisposition à quitter le giron de nos petites communes, nos savants politiques en ont décidé ainsi. A échéance, que restera t-il aux maires des petites communes rurales ? Très simple, l’écharpe, l’état civil et les problèmes de voisinage. Donc, pour en revenir à nos soucis, les compétences que nous sommes sûr de garder, les problèmes d’incivilité, les animaux errants qui sont de la responsabilité de la commune au cas ou, et cette année cette douce obligation nous a coûté plus de 600 €, et oui, certains se battent pour la PMA et nous pour la stérilisation, à chacun sa priorité. Et pour bien enfoncer le clou, cette année fut catastrophique pour nos demeures, 20% d’entre elles ont des fissures dues au temps de cette année”, indiquait le maire.

Et pour 2019 ?

« Pour 2019 nous allons privilégier, selon nos possibilités, un agencement remémorant notre vénérable tilleul qui fut pendant de nombreuses années le point d orgue de notre village, et de plus, ce sont les 150 ans de la mort de Napoléon qui venait courtiser une Rotinienne. Et comme disait Pierre Dac : « Les discours les moins longs sont les plus courts », je vais donc conclure avant de passer pour le polisson de service qui clame tout haut une certaine chronique du constat d’impuissance de nos petites communes face à ceux qui l’on définie de facto nos grands échevins, ceci n étant pas un euphémisme de bienséance évidement, vous l’aviez compris», concluait Jean Rousseau.
Un discours original, authentique mais surtout pragmatique.