La compagnie salinoise “les Urbaindigènes” veut rester optimiste

« Une année 2020 pratiquement blanche pour les urbaindigènes, souligne Baptiste Faivre directeur artistique de la compagnie.

0
152
Baptiste Faivre et Césaire Chatelain, directeurs artistiques. (photo d'archives)

C’était pourtant pour la compagnie une année de création mais le nouveau spectacle « chantier, la tournée du coq » n’a pu être présenté qu’une seule fois au public, en octobre 2020. Tous les comédiens et techniciens de la compagnie, intermittents du spectacle, ont donc bénéficié du chômage partiel. Certaines des représentations annulées ont été payées au « coût du plateau » (indemnités versées par des structures nationales qui avaient acheté le spectacle).

Un espoir de reprise en 2021

« Depuis début janvier nous enregistrons beaucoup de dates, tout le monde a envie de recommencer, d’espérer, tout en se disant que tout peut être annulé, explique Baptiste Faivre. Notre avantage cependant est que nous faisons du théâtre de rue, c’est un peu plus simple de rassembler dehors que dedans, même si l’on doit jouer devant un public masqué et moins nombreux. Il reste toujours des irréductibles prêts à venir voir les spectacles ».
De nombreuses dates 2020 ont été reportées en 2021 et si tout va bien la compagnie devrait commencer à travailler en résidence en avril. L’agenda est rempli de mai à octobre, avec de nombreuses dates dans la région. Ne reste qu’à attendre les préconisations gouvernementales.

Se réinventer

« Ces périodes de confinement et d’interdictions de spectacles sont aussi une bonne manière de se réinventer, de tout remettre à plat. Il y a un petit côté intéressant malgré tout et il était important de s’y confronter. Le spectacle vivant qu’est-ce que c’est ? Que faut-il changer ? On ne peut pas juste attendre la réouverture des salles, il faut réinventer quelque chose, réinventer la convivialité peut-être. On n’a pas le choix si l’on veut que ce métier soit essentiel (on arrive à se demander s’il l’est !). Il faut reprendre à la base et mettre à profit cette période blanche ».