Les retraités veulent plus de lits en EHPAD

Le compte n’y est pas selon eux : 40 à 70 lits seraient supprimés à Lons alors que les besoins croissent.

52
Une centaine de manifestants (retraités, syndicalistes, gilets jaunes) ont fait le siège de l’ARS, rue des écoles.

« Ca suffit, les retraités ne sont pas des privilégiés, ce n’est pas à eux de faire des efforts mais à ceux qui en ont les moyens » : pour Hubert Cedot, représentant l’union syndicale des retraités de Lons et du Jura, la pilule de la hausse de la CSG n’est toujours pas passée. Le 3& janvier, jour de mobilisation nationale des retraités, les syndicalistes lédoniens avaient mis l’accent sur une question : l’accueil en Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Avec la fermeture programmée d‘En Chaudon’ (79 lits supprimés in fine) et les 30 lits de « Vallière » (unité de long séjour intégrée à l’hôpital) transformés en « unité de soins de longue durée » (U.S.L.D.), 109 lits seraient supprimés sur Lons. Jacques Pélissard, président du conseil de surveillance de l’hôpital a pour sa part assuré que 37 lits seraient maintenus à Lons : d’abord dans l’Ehpad « En Chaudon » pour quelques années, puis au sein de la future ex-clinique du Jura. Et que 32 lits transférés de Vannoz prendraient lieu et place dans l’actuelle maison des associations (début des travaux fin 2020). Au terme de quelques calculs (et dans la meilleure des hypothèses), 40 lits environ seraient supprimés à Lons selon Hubert Cedot, et surtout des lits accessibles à tous. Car si l’EHPAD En Chaudon ne facture « que » 1500 €/mois, les EHPAD privés coûteraient selon lui 2.400 €/ mois en moyenne. Une délégation de syndicalistes retraités a été reçue par Didier-pier Florentin, délégué départemental de l’ARS (Agence Régionale de Santé), devant laquelle une centaine de manifestants avaient pris position.