Les retraités mobilisés pour assurer les vieux jours des Jurassiens

Pouvoir d’achat, places en EHPAD, maintien à domicile, défense des hôpitaux et des soins entre autres : les syndicats de retraités du Jura sont montés au créneau sur de nombreux enjeux.

0
54
Les syndicalistes retraités souhaitent une "vraie politique sociale" dans le Jura.

A l’occasion de leur dernière journée nationale d’action, les organisations syndicales de retraités du Jura (CGT, FO, FSU, CFE CGC, CFTC et de l’association LSR 39) ont mis les points sur les « i ».
Selon Hubert Cedot, Robert Limat et Pierre Gasne, représentant ces dernières, de nombreuses revendications demandent justice, à commencer par une urgence, « l’augmentation des pensions pour vivre décemment ».
« De 2000 à 2014, nous avons perdu 10% de pouvoir d’achat, soit 1 mois de pension par an en moins. Depuis le blocage a pratiquement continué, diminuant depuis 2000 nos pensions annuelles de 20%…/…soit 2 mois de pension par an en moins ».
Et Hubert Cedot de poursuivre : « En 2012, une enquête du CODERPA 39, soulignait que 65% des répondants avaient un revenu mensuel inférieur à 1 500€ et parmi eux, 32 % touchaient moins de 1 000 €. Où en est-on aujourd’hui ? Nous sommes loin de la situation de privilégiés ». D’où un premier objectif : « l’octroi de 100 euros et 300 euros en 2021 pour rattraper la perte de pouvoir d’achat ». Autre impératif : « La perte d’autonomie…/…doit être reconnue dans la branche maladie de la Sécurité sociale, avec un financement par les cotisations sociales ».
Au plan plus jurassien, « quelle prise en compte par le Conseil Départemental des ( bientôt) 80 000 personnes âgées de plus de 60 ans ? (soit un tiers de la population) » ont lancé les syndicalistes.
« Bien sûr, des sommes importantes leur sont consacrées et un service social départemental existe », mais ce qui ne passe pas, c’est « le refus de l’écoute des retraités et personnes âgées, et le mépris envers les organisations syndicales ».

« Rien sur les créations de lits d’EHPAD »

Résultat : aucun représentant syndical au CDCA ( Conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie) « que l’on a privé de moyens de fonctionner et mis sous dépendance ». Conséquence : les organisations syndicales unies rappellent que le « schéma Handicap et Dépendance » adopté en mars 2021 (« alors qu’il aurait du être voté en 2017 ») ressemble pour eux à une coquille vide. Pleine de déclarations d’intentions, sans chiffrages, ni moyens revus à la hausse…
Hubert Cedot interpelle aussi Clément Pernot, président du Conseil départemental, sur son souhait affiché de développer le maintien à domicile, « alors que le taux horaire pour une aide à domicile est toujours dans le Jura un des plus faibles de France (18 € de l’heure au lieu de 26 € environ ailleurs) ».
« Rien non plus par exemple sur les perspectives de créations de lits d’EHPAD nouveaux, alors qu’une étude recense une nécessité d’au moins 834 places ».
En conclusion les six organisations demandent au conseil départemental du Jura : « La définition claire et le financement adapté d’une vraie politique gérontologique et du handicap, et le fonctionnement démocratique et l’expression libre du CDCA » permettant d’assurer l’avenir des seniors.