Les portables au volant dans le viseur des gendarmes

Le retrait de permis est envisagé dans certaines circonstances, alors que les infractions liées au smartphone augmentent.

262
Les gendarmes étaient postés au rond-point de Bersaillin, sur la RD 1083. Crédit : Préfecture du Jura.

« De nombreux contrôles routiers seront réalisés par les forces de l’ordre durant les week-ends de grand départ » a prévenu la préfecture. Joignant le geste à la parole, Richard Vignon, préfet du Jura, s’est rendu le 18 juillet sur un point de contrôle assez prisé, reliant la RD 1083 et l’autoroute A39, à Bersaillin.
Le bilan de l’après-midi a été le suivant : 5 excès de vitesse (entre 120 et 130 km/h au lieu de 90 km/h), 1 franchissement de ligne continue, mais aussi et surtout 2 infractions liées à l’utilisation du téléphone au volant. Aussi et surtout, car le préfet a mis l’accent sur cette infraction en recrudescence : 1.300 verbalisations sont déjà tombées depuis le début de l’année 2019, soit une augmentation d’environ 10% par rapport à 2018.
Ces propos font écho aux récentes déclarations d’Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Pour le « père » fondateur du 80 km/h, il faut durcir encore la réglementation et priver de permis les contrevenants ayant commis une infraction réalisée avec le téléphone en main.
Par exemple : «Si vous êtes en même temps avec le téléphone à la main et que vous avez glissé un stop, mordu une ligne blanche, fait un excès de vitesse ou que vous n’avez pas respecté les droits d’un piéton, vous risquez le retrait immédiat du permis de conduire par les forces de l’ordre».
Répression quand tu nous tiens…