Les maladies chroniques, comment les traiter ? Comment les combattre ?

Une réunion-débat sur les maladies chroniques organisée par Action Santé Solidarité présidée par René Cadot s'est tenue dernièrement au Centre social. Animée par Philippe Humbert, dermatologue et spécialiste des maladies internes à Besançon, il a écrit un livre intitulé : Avez vous un bon médecin ? 40 histoires extraordinaires pour ne pas passer à côté du bon diagnostic...

43
Le professeur Philippe Humbert.

Action Santé Solidarité est une association qui agit pour préserver et améliorer les acquis sociaux dans le domaine de la santé. Elle informe et mobilise les usagers pour un système de santé et de protection sociale permettant de promouvoir la santé de tous. Cette réunion-débat était la première d’une série de cinq qui s’inscrivent dans une pratique d’information mais aussi de formation. Ceci dans le but d’élaborer un projet alternatif local capable de promouvoir la santé et non seulement de se limiter à distribuer des soins. Cette première abordait les maladies chroniques, en quoi elles diffèrent des autres maladies et comment les traiter et les combattre. Le professeur Humbert se définit lui même comme ” un chef de service qui dérange “ au CHU de Besançon.

Un public attentif

Tout comme le métier de médecin, le “métier” de patient s’apprend

Après une courte mise au point, car il a été poursuivi par le CHU de Besançon et condamné pour diffamation, le professeur Humbert a tenu pendant plus d’une heure son auditoire en haleine en se référant à des récits de consultations et d’histoires vraies de malades. Il  démontre comment des signes insoupçonnés peuvent se révéler la clé du problème. Pour lui, il y a toujours quelque chose à faire et que la cause et l’origine des troubles n’est pas forcément là où on les pense.
Philippe Humbert est persuadé que le patient a un rôle essentiel à jouer et qu’il doit apprendre à gérer les innombrables données médicales qu’il détient sans le savoir durant toute sa vie. Et de citer l’exemple d’une malade qu’il a pu soigner grâce à une prise de sang vieille de 15 ans et retrouvée au cours d’un déménagement.

“Les maladies chroniques ne devraient plus être chroniques, mais transformées en maladies aiguës…”

Ainsi, le professeur pense qu’il ne faut pas se résigner à vivre toute sa vie avec une maladie chronique. D’ailleurs, plusieurs d’entre elles ont disparu, comme l’ulcère de l’estomac, dont on a trouvé la cause, et qui se guérit en une dizaine de jours. il faut d’après lui trouver les raisons afin que cette maladie disparaisse, et de poursuivre  :
Pourquoi tant de malades se déclarent-ils déçus ? Pourquoi tant de médecins sont-ils frustrés d’être dépossédés de leur diagnostic par un autre confrère alors qu’il avait entre les mains les mêmes éléments pour l’établir ? Il ne faut pas découper par parties et par spécialités au détriment d’un bon diagnostic “. L’image d’une personne qui passe sans arrêt la serpillère au lieu de fermer le robinet illustre parfaitement d’après lui les traitements à vie qu’on impose à certaines personnes, sans chercher la cause.

“La souffrance mentale est importante et on doit éprouver de la compassion”

Et de conclure :” Un état dépressif peut aussi occasionner des maladies qu’on considère comme chroniques “, et de citer en exemple l’eczéma qui peut avoir des causes psychologiques profondes qu’on peut faire ressortir en posant les bonnes questions pour ensuite orienter le malade vers un spécialiste qui va le traiter. Il en profite d’ailleurs pour tordre une idée reçue qui voudrait que ce genre de médicament crée une dépendance parce qu’ils sont souvent confondus avec les anxiolytiques qui eux peuvent en créer une.
La réunion s’est terminée par le jeu des questions réponses auquel le professeur Philippe Humbert s’est prêté de bonne grâce.

Association Santé Solidarité
Centre Social
39000 Lons le Saunier
actionsantesolidarite@gmail.com