Les infirmières font bloc pour défendre leur métier

74
Les "blouses bleues" demandent d'être reconnues à leur juste valeur.

Après les urgentistes, les infirmières de bloc opératoire (IBODE) sont montées au créneau le 7 octobre au centre hospitalier de Lons-Le-Saunier. Répondant à un mouvement de grève nationale, la quasi-totalité des infirmières concernées (16 sur 17) ont débrayé pour de nombreuses raisons ayant trait à la revalorisation de leur profession.
Une profession qui exige selon une représentante de la CGT « une intensité physique et psychologique de nos activités, une attention soutenue et constante, une multiplicité des risques à gérer de façon concomitante, des postures contraignantes et pouvant durer de très nombreuses heures, et un rythme soutenu d’enchainement des interventions pour ne pas perdre de temps ».
Sans compter une formation spécifique de 18 mois après le diplôme d’état d’infirmière, tout ceci pour garantir des soins de qualité au patient. Le bloc opératoire a continué à fonctionner, mais certaines opérations programmées ont du être reportées…
A Dole en revanche, aucune manifestation selon Philippe Zante, secrétaire de la CGT du centre hospitalier Louis Pasteur, bien que la création d’un 2e bloc opératoire suscite des interrogations. Chiffré à 10 millions € environ, ce projet qui vient d’être dévoilé permettrait à des chirurgiens bisontins de venir opérer davantage de patients en ambulatoire.