Les gilets jaunes à Champagnole et Besançon

173
Les gilets jaunes ont de nouveau parcouru pacifiquement les rues de Champagnole.

Malgré une certaine lassitude après plus de 2 mois de mobilisation, les gilets jaunes de Champagnole n’ont pas dit leur dernier mot. Le 19 janvier, plus de 250 manifestants ont parcouru les rues du centre-ville aux cris de « Macron démission » ou « On ne lâche rien ». Les motards en colère de Lons le Saunier étaient venus en renfort, la stratégie semblant désormais de se rassembler pour défendre leurs positions stratégiques. Les gilets jaunes se montrent particulièrement amers envers le grand débat national qui commence. Pour Jérôme Linda, un des porte-parole champagnolais, il ne s’agit que d’une manœuvre de diversion, qui a d’ailleurs atteint en partie son objectif. Ceux qui ont l’esprit tourné vers le grand débat n’étant pour le moment plus des gilets jaunes potentiels…

Vivre décemment de son travail ou de sa retraite…

Dénonçant cette « manœuvre d’enfumage », les gilets jaunes champagnolais se sont rassemblés le 26 janvier à Besançon, dans l’espoir de peser davantage au régional et d’obtenir satisfaction. Leurs revendications demeurent : le référendum d’initiative citoyenne (RIC), vivre décemment de leur travail ou leur retraite, la maitrise des dépenses publiques, et la fin des « privilèges des élus » (en listant leurs nombreuses primes).
Jérôme Linda a également prôné pour le renforcement des contrôles par rapport aux fraudes à la carte vitale (14 à 20 milliards € selon lui), fraudes à la Caf, fraudes à Pole Emploi, évasion fiscale, etc.
Autant d’économies possibles pour redistribuer de la richesse à ceux qui en ont besoin.